Je n'ai rien contre le personnel de l'aéroport, en atteste la décision que j'avais obtenue pour un agent de sécurité accusé d'avoir gardé un bijou lors du contrôle des métaux (voir actualité du 22 mai 2013).

C'est le propre du métier d'avocat, du moins tel que j'aime l'exercer, que d'être alternativement de chaque côté : cette fois se présente à moi une cliente qui a connu querelle avec l'hôtesse contrôlant les billets.

Un problème de tarification ou de pièce d'identité, je ne sais plus, s'était posé lorsque était venu son tour.

S'en était suivi une échauffourée. Elle n'a jamais pu embarquer.

Elle me jure que le personnel l'a provoquée et traitée comme dans un commissariat. Je veux bien la croire : les gens sont tendus, en ce moment, avec la sécurité.

Pour cette raison, et aussi parce qu'elle semble avoir quand même son caractère, je me dis que ça va mal se passer si on refuse la CRPC (explication de ce type de procédure ici), et qu'on passe par l'audience classique.

Et pourtant.

Elle n'avait même pas reconnu les faits, et on se demande dans quelles conditions son consentement pour une CRPC avait été recueilli... On ne compte plus les procédures de ce genre, où ce "contrat" procédural apparaît franchement artificiel.

Ce n'est pas tout, ses droits ne lui avaient pas été notifiés en garde à vue. Là encore, c'est monnaie courante...

Certes, comme elle n'avait pas reconnu les faits, une annulation de la garde à vue ne changerait pas grand chose à la procédure, reposant par ailleurs sur la plainte de l'hôtesse, et sur une vidéo censée être confondante.

Or celle-ci est illisible. Cela commence à faire beaucoup.

Je demande au procureur : qui de nous deux va être le plus ridicule si on bascule sur une audience classique ?

Les deux, bien sûr ! Résultat : classement sans suite, sous condition d'effectuer un stage de citoyenneté. Pour être sensibilisée aux questions de sécurité, sans doute...

 


Réalisation & référencement

Connexion

En poursuivant votre navigation sur nos sites, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.