Les actualités
Comment organiser son droit de visite et d’hébergement à l’autre bout du monde

Comment organiser son droit de visite et d’hébergement à l’autre bout du monde

Publié le : 06/02/2014 06 février févr. 02 2014

Le père résidant au Canada et n’ayant pas vu son enfant depuis 2 ans peut tout de même obtenir un jugement l’autorisant à le voir pendant les vacances, dès lors qu’il ne s’est pas désintéressé de la question.

Pour une fois, je n’ai pas vu le client en vrai. Jamais. Même pas à l’audience. Il faut dire qu’il habite à plus de 5.000 km de là, à Montréal.

Je n’allais tout de même pas le faire venir pour ce rendez-vous de « premier contact » à mon bureau, que j’affectionne particulièrement. Pour l’audience, en revanche, j’avais insisté, mais en vain.

La bonne nouvelle pour les lecteurs du monde entier (qui, je n’en doute pas un seul instant, sont très nombreux), c’est que donc, oui, c’est possible d’y être représenté par un avocat, et que ça se finisse bien.

Même si je persiste à considérer qu’il a un peu joué avec le feu, car s’il se disait prêt à venir au moins une fois par an voir son enfant ces prochaines années, il pouvait au moins venir une fois aussi aux fins d’obtenir le jugement qui allait lui permettre tout ça.

Donc, je ne l’ai eu qu’au téléphone et par mail.

Ce qui ne nous a pas empêchés de communiquer abondamment par ces biais, sans doute pour pallier, justement, l’impossibilité de se rencontrer.

Et il en a fallu, des explications, pour recadrer le débat, qui était parti sur la base de deux romans de plusieurs dizaines de pages déposés par chacun des deux parents, dont 90%, comme souvent, était constitué de propos complètement hors sujet sur les difficultés conjugales passées, et dont les demandes finales relatives à l’enfant (le seul débat qui nous intéresse) étaient, bien évidemment, extrêmes.

Ainsi, mon client demandait rien moins que le transfert ispo facto de la résidence de l’enfant vers ses contrées enneigées, alors que le petit avait 5 ans, et n’avait pas vu son père depuis 2 ans (quelques obstacles étant apparemment mis par la mère).

Quant à Madame, on s’en doute, elle demandait à ce que Monsieur reste là bas, sur cet autre continent, et n’ai ni contact avec ni mot à dire sur son enfant.

Ce qui m’a un peu étonné, ce que même lorsqu’elle s’est adjoint les services d’une avocate, ses demandes n’ont pas changé.

Elle sollicitait donc toujours l’exercice exclusif de l’autorité parentale, mesure tout de même assez marquée (et finalement non accueillie).

En voyant cela, je craignais une de ces audiences familiales où l’avocate adverse est vigoureuse au point qu’on jurerait la voir confondre sa propre cause avec celle de ses clients – avouons qu’on en croise beaucoup, des comme ça, les affaires familiales n’étant pas toujours le réceptacle des avocats les plus élaborés.

Bonne surprise, malgré le grand écart entre nos demandes, les rapports ont été confraternels, ce qui devrait toujours être le cas, entre professionnels. Il faut dire que de mon côté, j’avais dû apaiser – un peu – les craintes adverses, en remplissant mon office de modération auprès de mon client.

C’est ainsi que dans mon dernier écrit, il admettait la résidence principale de l’enfant auprès de la mère, ce qui faisait déjà une différence énorme avec ses demandes initiales.

Du coup, la partie adverse a admis au cours des débats que le père puisse voire son enfant.

Elle a aussi du sentir que le juge le lui aurait accordé, car nous avions bien préparé  notre argumentaire, prouvant que, durant ces deux dernières années, mon client ne s’était pas désintéressé de la question.

Restait à définir dans quelle mesure.

Il demandait à bénéficier d’une option ambitieuse entre venir voir l’enfant en France, le faire venir au Canada chez lui, ou encore en Guadeloupe chez ses grands parents, rien moins donc qu’une option entre 3 pays pour les vacances.

Le projet n’était pas inintéressant dans l’absolu, mais sans doute un peu prématuré dans son ampleur. Surtout auprès d’un juge apparemment un peu effrayé par l’étranger et les voyages.

On est tout de même en France, le pays du bon vivre, du camembert… et de l’immobilisme économique, ai-je fait remarquer au juge, en lui priant de considérer la différence de perspective qu’offre le Canada, et la chance d’y habituer un enfant, ne serait-ce que pendant quelques vacances.

Ce sera pour une autre fois, le père étant invité à venir faire d’abord ses preuves estivales en France.

On peut comprendre aussi la logique progressive, et l’essentiel est acquis : il va enfin revoir son enfant.

Echelle de ludique (1) à technique (5) : 2
 

Postérité de cet article :

On peut mettre en parallèle cette affaire avec une autre, dans laquelle j'ai obtenu un droit de visite et d'hébergement pour une cliente résidant à la Réunion (cf actu du 23/09/14).
 

Historique

  • Salut l’artiste
    Publié le : 04/03/2014 04 mars mars 03 2014
    Droit de la famille
    Salut l’artiste
    Êtes-vous divorcé quand votre époux décède en cours de délibéré ? Il était dit que ce dossier serait vraiment particulier. Après avoir guerroyé (voir actualité du 4 février 2010) pour obtenir une pension devant la Cour en appel de l’ONC, nous revenions devant elle, cette fois en appel du ju...
  • Réunir... physiquement une famille post mortem
    Publié le : 21/02/2014 21 février févr. 02 2014
    Autres contentieux / Procédure civile
    Réunir... physiquement une famille post mortem
    L'exhumation d'une sépulture est une décision rare, qui ne peut être obtenue que pour des raisons fortes "Toi le frère que je n'ai jamais eu, Sais-tu si tu avais vécu, Ce que nous aurions fait ensemble. Un an après moi, tu serais né, Alors on n'se s'rait plus quittés, Comme deux amis qui se re...
  • Du choix pas si évident entre les différentes procédures d’urgence familiale
    Publié le : 18/02/2014 18 février févr. 02 2014
    Droit de la famille
    Du choix pas si évident entre les différentes procédures d’urgence familiale
    A propos du problème du domicile conjugal entre concubins En situation de violences conjugales, a priori, il n’y a pas photo, entre les différentes procédures d’urgence. Surtout en matière de logement entre concubins, où là, c’est le tout ou rien. D’un côté, le référé « classique », dans...
  • Comment organiser son droit de visite et d’hébergement à l’autre bout du monde
    Publié le : 06/02/2014 06 février févr. 02 2014
    Droit de la famille
    Comment organiser son droit de visite et d’hébergement à l’autre bout du monde
    Le père résidant au Canada et n’ayant pas vu son enfant depuis 2 ans peut tout de même obtenir un jugement l’autorisant à le voir pendant les vacances, dès lors qu’il ne s’est pas désintéressé de la question. Pour une fois, je n’ai pas vu le client en vrai. Jamais. Même pas à l’audience. Il faut...
  • Le petit jeu de la provocation entre policiers et jeunes
    Publié le : 04/02/2014 04 février févr. 02 2014
    Droit pénal
    Le petit jeu de la provocation entre policiers et jeunes
    Il est essentiel d’essayer de reconstituer minutieusement les faits ayant abouti à une procédure pour outrage. Les policiers sont des malins. Globalement, c’est heureux, pour le citoyen qu’ils protègent. Mais parfois, il faut faire attention à la façon dont ils utilisent leurs ficelles. Mon...
  • Le principe d'égalité comme dernier rempart à la répudiation en France
    Publié le : 10/01/2014 10 janvier janv. 01 2014
    Droit de la famille
    Le principe d'égalité comme dernier rempart à la répudiation en France
    La course au divorce dans les couples maghrébins venus vivre en France relève parfois de la fable du lièvre et de la tortue : l'époux se hâte d'obtenir rapidement un divorce par répudiation au pays, mais l'épouse y met échec en obtenant l'absence de reconnaissance de ce type de divorce en France....
  • « Arrêtez de nous saoûler avec la Table de référence pour la fixation des pensions alimentaires ! »
    Publié le : 15/12/2013 15 décembre déc. 12 2013
    Droit de la famille
    « Arrêtez de nous saoûler avec la Table de référence pour la fixation des pensions alimentaires ! »
    Ce cri du coeur, entendu dans les couloirs du Palais (authentique, je ne dirai pas de qui il vient), tout juge a eu envie de le dire au moins une fois à un avocat, et tout avocat à son client. La Cour de cassation vient de s’en charger (Civ 1, 23 oct 2013, n° 12-25301).   Le message est a...
  • Dans un trou de souris
    Publié le : 06/12/2013 06 décembre déc. 12 2013
    Autres contentieux / Droit des successions
    Dans un trou de souris
    Ma cliente, auxiliaire de vie, était cernée par l'article 909 du Code civil, mais néanmoins non interdite, en tant que telle, de recevoir, d'une personne dont elle s'est occupée. Encore allait-il falloir essuyer, ensuite, les foudres du réservataire, fort mécontent de découvrir, au décès de sa...
  • De l’articulation entre les différents types de divorce contentieux
    Publié le : 01/11/2013 01 novembre nov. 11 2013
    Droit de la famille
    De l’articulation entre les différents types de divorce contentieux
    La Cour de cassation atténue la pression sur le choix initial du fondement de la demande en divorce. C’est une gymnastique typique de procédurier, et on comprend mieux pourquoi l’avocat est obligatoire dans la seconde phase du divorce contentieux. On rappelle que lorsqu’on introduit cette...
<< < ... 2 3 4 5 6 7 8 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.