Les actualités
Disparité de niveaux de vie préexistant au mariage : ce n’est pas une raison pour refuser une prestation compensatoire !

Disparité de niveaux de vie préexistant au mariage : ce n’est pas une raison pour refuser une prestation compensatoire !

Publié le : 25/02/2011 25 février févr. 02 2011

Dans un arrêt de 2009, la Cour d’appel de Lyon avait refusé d’accorder une prestation compensatoire à l’épouse au motif qu’une différence nette de rémunération entre les époux préexistait au mariage.

Elle avait pourtant pris soin d’adopter une motivation très fournie, en indiquant que la prestation compensatoire « n’a pas pour objet de réduire l’inégalité de fortune, des conditions de vie ou des talents existant entre les époux ni de remédier aux inconvénients du régime matrimonial librement choisi en commun ; qu’il est constant que l’appelant est cadre dans une société de dimension internationale, tandis que l’intimée n’a jamais exercé que des emplois subalternes ; qu’il est exact que l’épouse a interrompu son activité professionnelle à plusieurs reprises à la suite de licenciements économiques, mais nullement en raison de choix personnels aux époux arrêtés en commun dans l’intérêt de la famille, et qu’en définitive, elle a toujours travaillé, ainsi que l’a relevé le juge du premier degré ; que la différence de rémunération existant entre son conjoint et elle-même n’a jamais résulté que de leur appartenance à des catégories socioprofessionnelles différentes, situation qui préexistait au mariage sans qu’il soit soutenu que l’intimée a été empêchée de progresser, par exemple, en reprenant des études ou en suivant une formation professionnelle adaptée, pour favoriser la carrière de son mari ; que si l’intimée a pu profiter des nombreux avantages matériels consentis à son mari par l’employeur de ce dernier, et ce dans le cadre exclusif de l’exercice de ses fonctions, le fait que le divorce mette un terme à la jouissance commune desdits avantages ne saurait être considéré comme une disparité dans les conditions de vie consécutive à la rupture du mariage ; qu’au reste, les époux atteindront l’âge de la retraite dans quelques années et que les avantages en question, tels voiture de fonction, bons de vacances ou bons de transports aérien, exclusivement liés à l’exercice effectif de sa profession par le mari disparaîtront alors ; que l’inégalité dans les conditions de vie respectives des époux ne résulte nullement de la rupture du mariage puisqu’elle existait avant celui-ci, la vie commune ayant simplement permis à l’épouse de n’en plus ressentir les effets tant que les conjoints demeuraient ensemble ».

Peut-être que la Cour de cassation a trouvé les termes de cet arrêt un peu trop percutants… Il est vrai qu’en écrivant « [inégalité] des talents » à côté d' »inégalité de fortune », un peu comme s’il fallait les associer, ou encore en soulignant nettement la différence entre l’appelant, « cadre dans une société de dimension internationale », et l’intimée, qui « n’a jamais exercé que des emplois subalternes », on ne peut pas dire que la Cour d’appel, même si elle a tout simplement voulu se montrer réaliste, ait pris toutes les précautions de langage possibles. Elle a donc donné l’occasion à la juridiction suprême d’invalider cette position, dans un arrêt de cassation lapidaire, fondé sur la violation de l’article 270 du Code civil. Lequel dispose, pour rappel, que « l’un des époux peut être tenu de verser à l’autre une prestation destinée à compenser, autant qu’il est possible, la disparité que la rupture du mariage crée dans les conditions de vie respectives ». La Cour d’appel avait voulu souligner, en quelque sorte, que seule la rupture du mariage, et non d’autres facteurs telle que l’ingéalité préexistante, peut créer la disparité fondatrice d’une prestation compensatoire, au sens de l’article précité. Ce qui pouvait se défendre. Mais, ce qui, selon la Cour de cassation, ajoute inutilement au texte. » (Civ 1, 12 janvier 2011, n° 09-72248)

Echelle de ludique (1) à technique (5) : 3

Historique

  • Comment reconnaître une attestation pas très spontanée
    Publié le : 16/06/2011 16 juin juin 06 2011
    Droit des victimes
    Comment reconnaître une attestation pas très spontanée
    Mode d'emploi pour inviter la justice à tirer sur le fil et défaire une pelote mal nouée Certaines cantines d'entreprise ont apparemment une organisation militaire. Mon client s'étant vu refuser, par une employée zélée, l'accès à certains plats du fait de son grade - à quoi tient une longue...
  • Cauchemar au garage
    Publié le : 27/05/2011 27 mai mai 05 2011
    Droit des victimes
    Cauchemar au garage
    Une indemnisation obtenue pour qu’un jeune homme recommence sa vie Mon client, apprenti n’en pouvant plus d’être payé régulièrement en retard, avait tenté de se faire compensation lui-même, en retenant tout simplement un des véhicules du garage où il était employé. Il est hélas tombé sur de...
  • Avec les jugements correctionnels non plus, la jurisprudence ne plaisante plus en matière de motivation
    Publié le : 28/02/2011 28 février févr. 02 2011
    Droit pénal
    Avec les jugements correctionnels non plus, la jurisprudence ne plaisante plus en matière de motivation
    Dans un message du 27 décembre, je faisais état d’un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme relatif aux jugements criminels. La Cour d’assises, c’est par nature très important, mais pas d’application quotidienne. Le contentieux correctionnel, en revanche, est quantitativement bien...
  • Disparité de niveaux de vie préexistant au mariage : ce n’est pas une raison pour refuser une prestation compensatoire !
    Publié le : 25/02/2011 25 février févr. 02 2011
    Droit de la famille
    Disparité de niveaux de vie préexistant au mariage : ce n’est pas une raison pour refuser une prestation compensatoire !
    Dans un arrêt de 2009, la Cour d’appel de Lyon avait refusé d’accorder une prestation compensatoire à l’épouse au motif qu’une différence nette de rémunération entre les époux préexistait au mariage. Elle avait pourtant pris soin d’adopter une motivation très fournie, en indiquant que la prest...
  • Le juge prend en compte les allocations familiales dans le calcul de la pension alimentaire
    Publié le : 27/01/2011 27 janvier janv. 01 2011
    Droit de la famille
    Le juge prend en compte les allocations familiales dans le calcul de la pension alimentaire
    Alors que dans la fixation de la prestation compensatoire, la Cour de cassation interdit au juge de prendre en compte les allocations familiales, elle l’y autorise s’agissant du calcul de la contribution à l’entretien et l’éducation des enfants, que l’on désigné plus fréquemment sous le terme plu...
  • De l’honneur rendu à un banni du territoire
    Publié le : 05/01/2011 05 janvier janv. 01 2011
    Droit pénal
    De l’honneur rendu à un banni du territoire
    Quand une interdiction du territoire vieille de presque 20 ans est enfin levée… Cet extrait de jugement a juste le mérite de montrer que c’est possible. Il ne montre rien de l’attente interminable de mon client, du caractère rageant de cette condamnation « en réunion » à interdiction du ter...
  • Devoir de secours envers un membre la famille : c’est d’abord l’époux qui doit assumer, avant que les enfants ne s’y collent
    Publié le : 27/12/2010 27 décembre déc. 12 2010
    Droit de la famille
    Devoir de secours envers un membre la famille : c’est d’abord l’époux qui doit assumer, avant que les enfants ne s’y collent
    En matière d’obligation alimentaire, le principe est que celui qui se trouve dans le besoin peut s’adresser indifféremment à l’un des membres de sa famille, auquel il est lié par un rapport de parenté ou d’alliance (art. 205 et 206 du code civil).Toutefois, le principe d’absence de hiérarchie ent...
  • Les jugements criminels vont devoir être… travaillés
    Publié le : 12/12/2010 12 décembre déc. 12 2010
    Droit pénal
    Les jugements criminels vont devoir être… travaillés
    Décidément, 2010 est en train de devenir une année exceptionnelle en matière de remise en cause de la procédure pénale. Après avoir dénoncé le caractère désolant de la garde à vue ou du Parquet à la française, la Cour européenne des droits de l’homme s’est attaquée aux jugements criminels, dans...
  • Oui, parfois, on gagne à la Chambre de l’instruction
    Publié le : 26/11/2010 26 novembre nov. 11 2010
    Droit pénal
    Oui, parfois, on gagne à la Chambre de l’instruction
    C’est trop rare pour ne pas se réjouir quand ça arrive : obtenir la levée de la détention provisoire auprès de la Cour d’appel quand le juge d’instruction s’y refuse, c’est possible.   On l’appelle la chambre de confirmation. Oh, d’accord, elle a la dure mission d’endiguer le flot d’appels s...
<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.