Les actualités
Si, si, Monsieur est capable d'avoir les enfants en week end sans les faire mourir de faim ou mettre le feu à la maison

Si, si, Monsieur est capable d'avoir les enfants en week end sans les faire mourir de faim ou mettre le feu à la maison

Publié le : 12/10/2015 12 octobre oct. 10 2015

Un grand classique : quand Madame essaie de convaincre le juge que Monsieur est un homme, donc inconséquent (équivalent symétrique : Monsieur essaie de convaincre le juge que Madame est une "hystérique"), en général, ça ne fonctionne pas.

"Il n'est nullement nécessaire... de satisfaire la demande de Madame Y... d'imposer à Monsieur X... de communiquer... [les] numéros de téléphone fixes de son domicile de Courbevoie et sa résidence secondaire de la Baule ou de tout autre endroit où les enfants seraient amenés à séjourner, y compris au domicile de la compagne de Monsieur X, situé à Montpellier; qu'il est en effet établi que les parents disposent d'égales qualités éducatives, même si elles ressortent de registres différents". Ce passage d'un long arrêt rendu par la Cour d'appel de Versailles, reproduit dans les moyens annexés (c'est son principal intérêt) de l'arrêt de rejet (Civ 1, 23 septembre 2015, n° 14-23263) est savoureux, car il reprend des thématiques auxquelles les praticiens du droit de la famille sont bien habitués.

C'est loin d'être le seul aspect intéressant de l'arrêt d'appel (qui par ailleurs accède tout de même à la demande principale de la mère), aussi fourni que la matière semblait conflictuelle, avec enquête sociale, et sans doute force conclusions et pièces de chaque côté.

L'espèce est d'ailleurs symptomatique : "Madame Y... et Monsieur X... se sont rencontrés en 2004/2005; Monsieur X... a alors une cinquantaine d'années avec cinq enfants d'un premier mariage; Madame Y..., âgée de 38 ans, n'a pas encore d'enfant. Rapidement, ils vivent ensemble et Monsieur X... accède au désir d'enfant de sa compagne, se disant heureux et épanoui par la venue au monde des jumelles en 2006. Pourtant, rapidement les relations se dégradent... Madame Y... garde le logement du couple; Monsieur X... emménage non loin de là, souhaitant alors voir mettre en place une résidence alternée". C'était bien tenté de la part du père, mais raté, une décision judiciaire fixe la résidence principale des enfants (il est vrai tout jeunes) chez la mère, avec néanmoins droits de visite et d'hébergement "élargis" du père.

Ce n'est pas fini : "A ce jour, Madame Y... prépare son installation à Lyon, dans le cadre de son nouvel emploi". Et : "Monsieur X... vit toujours dans son logement de Courbevoie, et a refait sa vie, vivant une semaine sur deux avec sa nouvelle compagne dont la résidence est fixée à Montpellier". Cela se complique de tous côtés !

Chacun va revendiquer la résidence principale des enfants (le pourvoi du père est d'ailleurs excellemment argumenté), l'enquête sociale notant que les deux parents sont chacun de leur côté parfaitement valables, et les filles complètement tiraillées entre les deux, et surtout leur conflit. Bon courage au juge; finalement, la décision prise en premier ressort, et le jeune âge des enfants, feront sans doute pencher légèrement la balance en faveur d'une résidence principale chez la mère, avec adaptation des droits du père au vu de la distance, afin de les préserver "d'une fatigue inutile qui serait générée par des voyages multiples".

La Cour est allée assez loin dans le détail, ce qui est parfois nécessaire dans les dossiers conflictuels, afin de prévenir les futures chicaneries. Il n'est pas inintéressant de noter, à titre d'exemple, qu'elle a fixé ces droits, en période scolaire, les 2è et éventuellement 5e fins de semaines de chaque mois, du vendredi "au plus tard à 20h gare de Lyon à Paris", au dimanche  "19h à la gare de Lyon Part Dieu" (attention à la facétieuse confusion entre les différentes "gare de Lyon"), à charge pour Madame Y... de conduire les enfants, ou faire conduire par une personne digne de confiance, "comme par exemple le service d'accompagnement de la SNCF", suggère même la Cour;  et pendant les vacances, la moitié de celles de Noël et Hiver et des grandes, la totalité de celles de Toussaint et Printemps. Exemple intéressant des solutions qui peuvent être trouvées dans un cas de ce type.

A noter que le même jour, la 1ère chambre civile a rendu un autre arrêt (n° 14-25027) , dans lequel la Cour d'appel avait cette fois sanctionné le déménagement de la mère.

L'espèce était néanmoins un peu différente. Le couple vivait ensemble depuis une dizaine d'années en Haute Savoie; plusieurs attestations faisaient état de l'harmonie qui a régné entre les conjoints durant plusieurs années; après la naissance de l'enfant sont cependant apparues, selon la mère, des divergences sur la façon de l'éduquer; puis elle a déposé plainte "en raison d'humiliations subies de la part de son compagnon", et est partie vivre à Nancy, en emmenant l'enfant avec elle. La Cour retient "qu'elle a vécu dix années avec [le père] sans invoquer de comportements malsains ou dangereux de la part de ce dernier; que les divergences éducatives ne peuvent pas légitimer une fuite dans une autre région sans aucune organisation des rencontres entre le père et le fils; que par ailleurs [elle] ne s'explique pas sur ses conditions de vie matérielles actuelles"; en conséquence, non seulement elle fixe la résidence habituelle de l'enfant chez le père, mais en plus cantonne la mère à un droit de visite médiatisé.

Toutefois la Cour d'appel de Chambéry a oublié de répondre à un argument que le juge de cassation estimait essentiel : le fait que la mère faisait valoir "que l'enfant Léon n'était même pas âgé d'un an" et "qu'elle continue de l'allaiter". En conséquence, la Haute juridiction casse l'arrêt d'appel, et renvoie les parties devant la Cour d'appel de Lyon, et reste donc à voir comment celle-ci jugera.

Historique

  • Enfin un contrôle des motifs de recours à la garde à vue ?
    Publié le : 30/09/2017 30 septembre sept. 09 2017
    Droit pénal
    Enfin un contrôle des motifs de recours à la garde à vue ?
    Dans un arrêt du 7 juin 2017 (16-85788), faisant suite à quelques autres récents, la Cour de cassation fait comprendre au procureur que la garde à vue ne doit pas être un outil de gestion à la disposition de ce dernier. Lors de l'entretien en garde à vue, les clients me demandent invariablemen...
  • Aimer est-il un devoir du mariage ?
    Publié le : 30/01/2017 30 janvier janv. 01 2017
    Droit de la famille
    Aimer est-il un devoir du mariage ?
    La Cour d'appel de Paris manquerait-elle de romantisme, à force de voir défiler des dossiers de divorce ? Ou au contraire, dans une conception absolue de l'amour, considère-t-elle avec sagesse que celui-ci ne peut se réduire à un "devoir" ? Dans un arrêt du 17 novembre 2016 (pôle 3, ch. 3, n°...
  • Quand on se heurte à la raison d'Etat
    Publié le : 15/04/2016 15 avril avr. 04 2016
    Droit pénal
    Quand on se heurte à la raison d'Etat
    Avocat pénaliste jusqu'au bout, jusqu'à une infraction qui sonne mal : association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme En fait, cette qualification impressionne le profane, pas les avocats ayant déjà eu à la traiter, et ils sont de plus en plus nombreux. Elle est e...
  • Refaire sa vie au bout du monde sans couper les ponts avec son enfant
    Publié le : 25/01/2016 25 janvier janv. 01 2016
    Droit de la famille
    Refaire sa vie au bout du monde sans couper les ponts avec son enfant
    Partir, à des milliers de kilomètres, sur une île, rêve interdit quand l'autre parent reste en métropole ? Ma cliente avait déjà fait part au père de son enfant, de son projet, pour le moins original : partir loin, elle en avait besoin, pour se refaire une santé, dans un cadre plaisant (la Réu...
  • Chi va piano...
    Publié le : 12/12/2015 12 décembre déc. 12 2015
    Autres contentieux / Filiation
    Chi va piano...
    Quand un client me demande clairement de faire durer la procédure avant d'être reconnu père... Mon client n'était pas prêt.  Pas prêt à être reconnu dès à présent père de ses deux filles, qui étaient pourtant les siennes (la suite le vérifiera) et dont en plus il s'occupait comme telles, pé...
  • Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, si tu veux, mais pas devant le Cour
    Publié le : 16/10/2015 16 octobre oct. 10 2015
    Droit de la famille
    Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, si tu veux, mais pas devant le Cour
    La Haute juridiction rappelle en effet fréquemment aux juges du fond qu'elle n'apprécie pas que ceux-ci laissent l'enfant décider de sa résidence selon sa volonté. Je vais t'écouter, mais ce n'est pas toi qui vas prendre la décision, c'est moi qui porterait cette responsabilité", disent les ju...
  • Si, si, Monsieur est capable d'avoir les enfants en week end sans les faire mourir de faim ou mettre le feu à la maison
    Publié le : 12/10/2015 12 octobre oct. 10 2015
    Droit de la famille
    Si, si, Monsieur est capable d'avoir les enfants en week end sans les faire mourir de faim ou mettre le feu à la maison
    Un grand classique : quand Madame essaie de convaincre le juge que Monsieur est un homme, donc inconséquent (équivalent symétrique : Monsieur essaie de convaincre le juge que Madame est une "hystérique"), en général, ça ne fonctionne pas. "Il n'est nullement nécessaire... de satisfaire la dem...
  • Enrichissez vous !
    Publié le : 16/09/2015 16 septembre sept. 09 2015
    Droit de la famille
    Enrichissez vous !
    A rebours de la plupart des exemples donnés par la jurisprudence, voici un époux qui a pu prospérer sans passer à la caisse au moment du divorce, et faire sien le l'invitation de Guizot. Il ne s'agit peut-être que d'une victoire temporaire, la cassation (Civ 1, 8 juillet 2015, n° 14-20480) éta...
  • En France, la redistribution, c'est sacré
    Publié le : 10/09/2015 10 septembre sept. 09 2015
    Droit de la famille
    En France, la redistribution, c'est sacré
    Ecarter d'avance toute possibilité de prestation compensatoire en s'abritant derrière une loi étrangère qui le permet, n'est pas valable devant le juge français. Mieux vaut donc dans ce cas, pour celui qui souhaite y échapper, introduire son action en divorce ailleurs qu'en France. Les avoc...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.