Les actualités
Vous êtes ici :
Tout ça pour ça

Tout ça pour ça

Publié le : 23/11/2014 23 novembre nov. 11 2014

Un conseil si vous êtes défendeur : soulevez n'importe quelle connerie en incident de procédure, vous n'aurez rien à perdre, le Juge de la mise en état français est vraiment bon prince (pour rester respectueux)

Oui, parce qu'il ne s'étonne même pas que le défendeur puisse faire ainsi perdre un an à son adversaire, sans aucune sanction au bout (même pas d'article 700). Il ne se demande manifestement pas si ses jugements en matière familiale finissent par être vides de sens quand les enfants ont le temps de grandir et d'être parents, ou les parents de mourir, avant que la décision ne soit rendue.

Bon, j'exagère un peu, mais cette espèce m'a beaucoup énervé.

Deux époux sont divorcés, mais ne s'entendent pas sur le sort du bien immobilier commun, dans lequel est restée Madame.

A vrai dire, elle ne s'entendra jamais avec aucune proposition, elle veut juste rester le plus longtemps possible dedans, et elle a choisi le bon pays pour ça (on aura compris que mon client, c'est Monsieur).

Déjà, on le sait, en divorce contentieux, le juge français s'épargne le travail de la liquidation-partage. Admettons que cela présente l'avantage d'obtenir le jugement de divorce plus vite, qui constitue une certaine libération. Mais quand ensuite, on doit s'infliger une liquidation-partage contentieuse, c'est un chemin de croix supplémentaire.

En plus, je passe sur le fait que Madame est sous régime de protection, qu'il faut donc assigner aussi le curateur, qui lui même va mettre longtemps à se constituer (non pas, pour le coup, enfin je pense, par intention dilatoire comme sa protégée, mais juste parce qu'il est comme d'habitude dépassé par sa tâche), et que bien sûr le juge va attendre longtemps, en lui laissant une, deux, trois, quatre chances de se constituer, car c'est bien connu, c'est tellement important d'avoir à la procédure le point de vue de ces gens investis d'une mission d'intérêt général, qui seuls donnent un avis censé, contrairement aux parties privées...  

Je passe aussi sur le fait que si on va jusqu'à la licitation, le bien sera vendue une misère, encore plus que d'habitude, car l'acheteur sait très bien que dans notre beau pays, il ne parviendra pas à faire expulser Madame avant 2050.

Dans l'immédiat, j'essaie donc déjà d'obtenir un jugement de licitation. J'ai assigné le 26/12/12, l'ordonnance commentée le mentionne. Ce qu'elle ne mentionne pas, c'est le moment où l'adversaire a soulevé l'incident de procédure, parce que ça permettrait de calculer le temps qu'à mis cette blague à prendre fin, mais moi je peux le dire, c'était le 23/01/14; cela a donc mis à peu près 10 mois pour que l'ordonnance soit rendue, et ce n'est pas tout : celle-ci renvoyant à une mise en état 26/02/15, en réalité, au total, ça fait 13 mois de perdus !

En fait, si j'oublie ma colère quelques instants, je devrais déjà être bien content d'avoir obtenu cette décision.

Cela ne se retrouve pas dans les motifs de l'ordonnance, mais le titre de mon assignation avait le malheur d'indiquer "devant le TGI de Bobigny". Alors qu'il fallait écrire "devant le JAF". Et l'adversaire avait produit une ordonnance du TGI Paris qui avait sanctionné un cas de figure comparable sous les latitudes intra muros.

Mais malgré mon titre, l'affaire avait été distribuée à la bonne chambre, le JAF liquidatif. J'ai produit... "l'ordonnance de roulement" du TGI de Bobigny pour le prouver, je ne savais pas qu'elle me servirait un jour comme pièce à conviction (d'habitude, je la jette sans la regarder, je m'en vitupère désormais, bien entendu) ! J'ai sorti un sombre article L 213-3 du COJ, que l'ordonnance a repris. Et enfin, accessoirement, fait valoir que le dispositif de mon assignation mentionnait le JAF, le titre apparaissant alors comme une pure erreur matérielle.

Mais ma demande au titre de l'article 700 pour voir sanctionner cette petite tentative adverse pointilliste sinon pernicieuse, comme d'habitude, elle est rejetée. C'est à où je ne suis pas d'accord. Mon adversaire a joué (à l'idiot), il a perdu (enfin pas tout, puisqu'il a gagné 10 mois de répit), mon client m'a payé pour se défendre contre ça, et le juge, encore une fois, ne veut pas entendre parler d'article 700 "en matière familiale". Pourtant, elle ne saurait être une immunité absolue contre tous les délires procéduraux.

Postérité de cet article :

A noter que dans une autre affaire, je me suis "vengé" (contré un adversaire qui ne m'avait rien demandé), en soulevant à mon tour, et en plus avec succès au bout, cet argument franchement dilatoire (cf actu du 05/06/18). Qu'il est bon de jouer au débile devant les tribunaux français !

Historique

  • Aimer est-il un devoir du mariage ?
    Publié le : 30/01/2017 30 janvier janv. 01 2017
    Droit de la famille
    Aimer est-il un devoir du mariage ?
    La Cour d'appel de Paris manquerait-elle de romantisme, à force de voir défiler des dossiers de divorce ? Ou au contraire, dans une conception absolue de l'amour, considère-t-elle avec sagesse que celui-ci ne peut se réduire à un "devoir" ? Dans un arrêt du 17 novembre 2016 (pôle 3, ch. 3, n°...
  • Quand on se heurte à la raison d'Etat
    Publié le : 15/04/2016 15 avril avr. 04 2016
    Droit pénal
    Quand on se heurte à la raison d'Etat
    Avocat pénaliste jusqu'au bout, jusqu'à une infraction qui sonne mal : association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme En fait, cette qualification impressionne le profane, pas les avocats ayant déjà eu à la traiter, et ils sont de plus en plus nombreux. Elle est e...
  • Refaire sa vie au bout du monde sans couper les ponts avec son enfant
    Publié le : 25/01/2016 25 janvier janv. 01 2016
    Droit de la famille
    Refaire sa vie au bout du monde sans couper les ponts avec son enfant
    Partir, à des milliers de kilomètres, sur une île, rêve interdit quand l'autre parent reste en métropole ? Ma cliente avait déjà fait part au père de son enfant, de son projet, pour le moins original : partir loin, elle en avait besoin, pour se refaire une santé, dans un cadre plaisant (la Réu...
  • Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, si tu veux, mais pas devant le Cour
    Publié le : 16/10/2015 16 octobre oct. 10 2015
    Droit de la famille
    Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, si tu veux, mais pas devant le Cour
    La Haute juridiction rappelle en effet fréquemment aux juges du fond qu'elle n'apprécie pas que ceux-ci laissent l'enfant décider de sa résidence selon sa volonté. Je vais t'écouter, mais ce n'est pas toi qui vas prendre la décision, c'est moi qui porterait cette responsabilité", disent les ju...
  • Si, si, Monsieur est capable d'avoir les enfants en week end sans les faire mourir de faim ou mettre le feu à la maison
    Publié le : 12/10/2015 12 octobre oct. 10 2015
    Droit de la famille
    Si, si, Monsieur est capable d'avoir les enfants en week end sans les faire mourir de faim ou mettre le feu à la maison
    Un grand classique : quand Madame essaie de convaincre le juge que Monsieur est un homme, donc inconséquent (équivalent symétrique : Monsieur essaie de convaincre le juge que Madame est une "hystérique"), en général, ça ne fonctionne pas. "Il n'est nullement nécessaire... de satisfaire la dem...
  • Enrichissez vous !
    Publié le : 16/09/2015 16 septembre sept. 09 2015
    Droit de la famille
    Enrichissez vous !
    A rebours de la plupart des exemples donnés par la jurisprudence, voici un époux qui a pu prospérer sans passer à la caisse au moment du divorce, et faire sien le l'invitation de Guizot. Il ne s'agit peut-être que d'une victoire temporaire, la cassation (Civ 1, 8 juillet 2015, n° 14-20480) éta...
  • En France, la redistribution, c'est sacré
    Publié le : 10/09/2015 10 septembre sept. 09 2015
    Droit de la famille
    En France, la redistribution, c'est sacré
    Ecarter d'avance toute possibilité de prestation compensatoire en s'abritant derrière une loi étrangère qui le permet, n'est pas valable devant le juge français. Mieux vaut donc dans ce cas, pour celui qui souhaite y échapper, introduire son action en divorce ailleurs qu'en France. Les avoc...
  • Comment passer pour un baron du 9-5
    Publié le : 28/05/2015 28 mai mai 05 2015
    Droit pénal
    Comment passer pour un baron du 9-5
    Mieux vaut tomber sur un magistrat qui a l'oeil quand on commerce des stupéfiants "en petite quantité" et qu'on se retrouve au milieu d'un dossier un peu plus gros... Sans faire du physionomisme criminologique bon marché, mon client a l'air malin, avec sa tête de premier de la classe, au milie...
  • Tout ça pour ça
    Publié le : 23/11/2014 23 novembre nov. 11 2014
    Droit civil / Procédure civile
    Tout ça pour ça
    Un conseil si vous êtes défendeur : soulevez n'importe quelle connerie en incident de procédure, vous n'aurez rien à perdre, le Juge de la mise en état français est vraiment bon prince (pour rester respectueux) Oui, parce qu'il ne s'étonne même pas que le défendeur puisse faire ainsi perdre un...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>