10 choses que j'avais envie de dire avant que le monde ne disparaisse

10 choses que j'avais envie de dire avant que le monde ne disparaisse

Publié le : 24/03/2020 24 mars Mars 2020
Les circonstances permettent parfois de dire les choses plus franchement...

Puisqu'on va tous mourir, autant se défouler. Et si finalement on ne meurt pas (cf à ce sujet ma remarque 10), sait-on jamais, elles pourraient servir.

A mes clients ou futurs clients :

1 - N'attendez aucune certitude de la justice. Vous voulez savoir si vous allez gagner ou perdre, et attendez de votre avocat qu'il vous le dise ? C'est bien légitime. Mais en général, c'est pas possible ! S'il le fait avec trop d'aplomb, il se comporte probablement comme celui qui vous vend un presse-agrumes révolutionnaire sur un stand du marché. Un avocat honnête ne peut en effet que relativiser toute prévision, même si cela doit vous frustrer. Car quand vous mettez un pied dans le monde judiciaire, vous entrez dans la grande inconnue : marge d'appréciation du juge, obstacles procéduraux, comportement adverse imprévisible, erreurs innombrables de la chaîne judiciaire... il existe mille variables pour venir détruire votre pronostic. Alors, bien sûr, des fois, il faut quand même "y aller", car l'inertie serait pire que tout; mais il faut accepter cette part d'incertitude.

2 - Un avocat ne se juge pas à son "taux de victoire". Ok, notre confrère Dupond-Moretti, par exemple, éclate le nombre d'acquittements, et il se trouve que cela correspond à un grand talent de plaideur. Mais outre qu'il recherche presque exclusivement des affaires susceptible de mener à cette issue spectaculaire, l'immense majorité des jugements en pénal prononce une condamnation. Si le Procureur requiert 5 ans fermes contre votre client, et qu'il est finalement condamné à 2 ans ferme, est-ce une défaite, ou une victoire ? Et en affaires familiales, pour certains, la résidence alternée sera une victoire, pour d'autres une défaite... et pour l'enfant ? Les cas sont infinis. On n'est pas en tennis, où il y a nécessairement un gagnant et un perdant à la fin; et encore, même là, les amateurs en discutent parfois encore pendant des années. Alors imaginez en justice. Pour la même raison, une notation des avocats semble une perspective un peu effrayante.

3 - Parler amicalement avec l'avocat adverse avant ou après l'audience ne signifie pas qu'on s'arrange avec lui. Cette fois, je pense qu'on peut prendre avec succès (contrairement au point 2) l'analogie avec le sport. L'avocat adverse, c'est un peu comme un opposant sur le terrain : pendant le match, on veut sincèrement le pulvériser ! Mais après le match, toute la pression tombe, et c'est un collègue qui fait le même boulot que nous, et donc avec qui on aime spontanément discuter, parce qu'on se comprend. Après, bien sûr, il y a des limites au-delà desquelles l'exercice deviendrait un peu artificiel : on ne plaide pas, par exemple, contre un confrère qui partage nos locaux; d'ailleurs, ce serait répréhensible sur le plan disciplinaire.

4 - Ce n'est pas parce qu'on affronte violemment le juge et/ou l'adversaire qu'on défend bien son client. C'est même parfois le contraire : on risque ainsi de précipiter la perte de son client, en énervant tout le monde, à commencer par le juge, et ce malgré l'illusion qu'on a pu donner à son client de l'avoir défendu. Il est vrai que cela demande moins de travail pour certains de venir mettre un bordel à l'audience, que de lire correctement le dossier... Cette assertion doit néanmoins être relativisée. Il existe au moins autant de "fainéants de l'affrontement" que du travail de dossier, qui font trop dans l'arrangement avec le juge, en vue de soigner leur image pour les prochains dossiers.. mais ce calcul n'est pas loyal vis à vus du client qu'on défend dans l'immédiat. En plus, il peut s'avérer faux (et ce sera bien fait alors pour celui qui s'y livre) : le contentieux judiciaire étant un monde dur, il faut parfois savoir élever la voix pour se faire entendre, sinon se faire respecter. Le juge peut très bien avoir l'air contrarié par un avocat, et le faire gagner dans sa décision; ça peut même être le critère par lequel on reconnaît un bon juge.

5 - Ce n'est pas parce que le Juge aux affaires familiales est une femme qu'elle va faire gagner la femme. Déjà, je vois mal comment vérifier statistiquement cette crainte, non seulement en raison de la difficulté à mesurer la victoire (cf point 2), mais aussi à cause de la légitimité douteuse d'une étude de genre (notamment de la juge) comme celle-là. A part cette question du chiffrage, il reste un "sentiment" que l'homme n'a pas la partie facile, si répandu qu'il faut bien en parler. Je ne nie pas qu'il est parfois trop pénalisé par le fait que ses défauts sont plus "spectaculaires" et donc plus facilement repérables que ceux de sa conjointe - cela a pu m'arriver de le sentir, et même de le plaider. Mais j'ai aussi vu des hommes gagner contre toute attente devant un Juge féminin, que ce soit mon client (j'étais content) ou l'adversaire (je l'étais moins). Alors, quand bien même l'homme "perdrait" peut-être un peu plus souvent (avec les réserves précitées sur la mesure possible de ce phénomène) : et si c'était, tout simplement, parce qu'il se comporte souvent un peu plus mal ?

6- Ce n'est pas parce que vous avez eu l'impression d'être manipulé(e) par votre ex qu'il/elle va manipuler votre avocat, le Juge aux affaires familiales et la terre entière. C'est le fameux : "méfiez-vous maître, il/elle va fausser le résultat de l'audience, c'est un(e) malin(e), moi je suis fais avoir pendant des années". Non. Désolé de désacraliser votre souffrance sur ce point là, mais votre ex n'est pas Einstein. Vous vous êtes juste fait(e) avoir parce qu'il est impossible d'être parfaitement lucide dans une relation à deux, c'est tout. Mais nous, on le/la voit venir à 10 km, votre ex. En plus, un avocat et un juge sont des professionnels de la famille, et voient passer plein de dossiers qui sont en fait comme le vôtre, même si vous ne le croyez pas. Alors, arrêtez d'avoir peur de ça. Une variante de cette crainte irrationnelle : "mon ex est un(e) pervers(e) narcissique". Pitié, arrêtez avec ce mot que vous ne comprenez pas, laissez le aux blogs de psychologie improvisée sur doctissimo. Merci. On va vous aider, ne vous inquiétez pas.

Aux avocats adverses :

7 - Ton client n'est pas ton frère/ta soeur. Confrère, oui, toi, surtout en affaires familiales, où c'est quand même souvent pas le concours de l'avocat le plus brillant : ne me saute pas dessus juste avant l'audience pour me dire que, "quand même votre client est vraiment le plus méchant des deux, puisque ma cliente me l'a dit, alors acceptez ma demande de résidence exclusive de l'enfant, et ça ira plus vite". Pitié. D'abord, arrête de croire que je vais t'obéir, comment t'as pas penser que j'étais aussi débile ? Et surtout, arrête de croire ce que te dit ta cliente, c'est pas possible, c'est ta pote d'enfance, ou quoi ? Prends des distance. Sois un pro. Ou, je sais pas, retourne à l'école d'avocat. Oui, voilà, va-t-en.

Aux juges :

8 - On vous aime ! C'est pourquoi : on veut continuer de recourir à vous. Alors cesser de vous cacher et de bâtir des barrières à votre accès. Et surtout, cessez de parler de médiation, ça sonne faux. Si on veut y recourir, on le fera sans votre avis, mais quand vous essayez de nous le vendre, on sait très bien que c'est pour moins bosser.

A mes amis en soirée :

9 - Comment peut-on défendre un quelqu'un qui a commis une infraction ? Déjà, tout est dans le "a commis": en est-on sûr, juste parce que quelqu'un l'accuse ? Et quand bien même, quelle peine ensuite appliquer ? Attendez donc que ça vous arrive d'être mis en cause (cela peut être le cas pour une infraction banale, par exemple à la circulation routière), et vous comprendrez pourquoi vous avez besoin d'aide face à la "machine" répressive. C'est marrant ça, quand on a un casier vierge, on se croit parfait, mais le jour où on fait un pas de côté, d'un seul coup, la police ne devient qu'une bande de "fachos". Bien sûr, la question revêt un caractère différent selon le degré de gravité de l'infraction. Mais même pour les plus graves, des auteurs y ont répondu, bien plus brillamment que moi (cf p ex le meilleur blogueur d'entre nous : https://www.maitre-eolas.fr/post/2004/04/18/15-comment-faites-vous-pour-defendre-des-coupables)

A tout le monde :

10 - On ne va peut-être pas tous mourir du Covid 19. A moins que presque tous les hommes ne meurent en fait d'un virus depuis toujours. Autre version : on va peut-être finir par être plus nombreux à "mourir" (sinon physiologiquement, du moins socialement) de la peur d'un virus, que du virus lui même. Mais je ne développerai pas davantage ce point de vue aussi minoritaire qu'explosif.

Echelle de ludique (1) à technique (5) : 1

Historique

  • Médiation, piège à con ?
    Publié le : 27/03/2020 27 mars Mars 03 2020
    Actualités
    Médiation, piège à con ?
    Et d'un seul coup, je perds mon calme devant le Juge aux affaires familiales d'Evry, et "j'ose" lui parler d'un "déni de justice" (dans ma tête, je pensais à pire, carrément à forfaiture). Je n'ai rien contre lui personnellement (je ne le connaissais pas avant ce dossier), mais là, je n'en peux p...
  • 10 choses que j'avais envie de dire avant que le monde ne disparaisse
    Publié le : 24/03/2020 24 mars Mars 03 2020
    Actualités
    10 choses que j'avais envie de dire avant que le monde ne disparaisse
    Les circonstances permettent parfois de dire les choses plus franchement... Puisqu'on va tous mourir, autant se défouler. Et si finalement on ne meurt pas (cf à ce sujet ma remarque 10), sait-on jamais, elles pourraient servir. A mes clients ou futurs clients : 1 - N'attendez aucune certitud...
  • On ne peut pas toujours avoir le gîte et le jugement
    Publié le : 17/01/2020 17 janvier Janv. 01 2020
    Actualités
    On ne peut pas toujours avoir le gîte et le jugement
    Dans cette affaire, j'ai pu soulever avec succès la prescription de la demande adverse en remboursement d'une somme versée par elle à mon client il y a des années... et qui de toute façon, était causée par une contrepartie. Je pense que la partie adverse ne gardera pas un bon souvenir de cette...
  • Du choc culturel en assistance éducative
    Publié le : 10/04/2019 10 avril Avril 04 2019
    Actualités
    Du choc culturel en assistance éducative
    Parfois, il faut juste un peu de temps pour que le tribunal se fasse au mode de vie de notre client. C'est vrai que ma cliente parle fort. Une tornade zaïroise, le verbe haut, à se fâcher rapidement avec tous ceux qui ont le malheur de la contrarier. Mais ce n'est qu'une façon de s'exprimer, e...
  • Un prénom pas très chrétien
    Publié le : 03/03/2019 03 mars Mars 03 2019
    Actualités
    Un prénom pas très chrétien
    Pas facile de faire accepter par le Service central d'état civil le changement dans l'ordre des prénoms et des noms d'une cliente zaïroise. Dans le cadre de sa politique de "zaïrianisation", Mobutu a pris toute une série de mesures très concrètes sur le plan économique et politique, mais aussi...
  • Du choix d'un régime matrimonial "insolite"
    Publié le : 12/12/2018 12 décembre Déc. 12 2018
    Actualités
    Du choix d'un régime matrimonial "insolite"
    Choisir la communauté quand on exerce une activité libérale, c'est un peu trop rock n roll, aux yeux des juges Je ne suis pas un spécialiste de la responsabilité civile des notaires; j'ai retenu cet arrêt surtout en ce qu'il apporte un éclairage intéressant sur les différents régimes matrimoni...
  • Chacun son tour !
    Publié le : 05/06/2018 05 juin Juin 06 2018
    Actualités
    Chacun son tour !
    Défendeurs, réjouissez vous : la France est votre paradis Je râle suffisamment à longueur de messages sur la faveur faite par la justice française au défendeur, pour ne pas en profiter à mon tour, pour une fois, et puis quoi encore ! D'habitude, même comme défendeur, je n'aime pas beaucoup...
  • Il est sale, bête et méchant… mais on s’y est fait.
    Publié le : 30/05/2018 30 mai Mai 05 2018
    Actualités
    Il est sale, bête et méchant… mais on s’y est fait.
    Traduction un peu imagée, voire complètement subjective, du bilan d’une année d’application de la loi du 18 novembre 2016 ayant créé le nouveau divorce par consentement mutuel. Pour être honnête, il n’y a pas de bilan officiel ; il y a juste un sondage effectué auprès des avocats, auquel envir...
  • Ah bah c'est la faute à la technique, j'y peux rien
    Publié le : 11/05/2018 11 mai Mai 05 2018
    Actualités
    Ah bah c'est la faute à la technique, j'y peux rien
    Trop facile pour les enquêteurs de se retrancher derrière la nullité de leurs ordinateurs pour éluder les droits du gardé à vue, répond opportunément la Cour de cassation, quand du moins la procédure parvient jusqu'à elle Parce qu'avant, combien de juge n'y auront rien vu à redire. Et combi...
  • Pendant la grève des avocats, les classements sans suite continuent
    Publié le : 11/04/2018 11 avril Avril 04 2018
    Actualités
    Pendant la grève des avocats, les classements sans suite continuent
    Comment assurer la défense d'un client en CRPC un jour de grève de la robe noire ? En parvenant à convaincre le Parquet de renoncer carrément aux poursuites, pardi ! Certes, c'est limite. Un puriste me dirait : camarade, tu n'aurais même pas dû aborder le fond de l'affaire. Mon client, qui tra...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.