Aimer est-il un devoir du mariage ?

Aimer est-il un devoir du mariage ?

Publié le : 30/01/2017 30 janvier janv. 01 2017

La Cour d'appel de Paris manquerait-elle de romantisme, à force de voir défiler des dossiers de divorce ? Ou au contraire, dans une conception absolue de l'amour, considère-t-elle avec sagesse que celui-ci ne peut se réduire à un "devoir" ?

Dans un arrêt du 17 novembre 2016 (pôle 3, ch. 3, n° 14/14482, JD 2016/024336), elle répond en tout cas clairement, à l'époux qui avait tenté de soulever ce grief, que "l'amour ne faisant pas partie des obligations du mariage, le seul fait que [l'épouse] déclare ne plus être amoureuse de son mari et que ce dernier déclare avoir toujours des sentiments amoureux à son égard n'est pas de nature à modifier les obligations auxquelles sont tenus les époux pendant la durée du mariage".

Il est vrai que dans le cas contraire, elle ouvrirait la porte à des débats sans fins sur la réalité des sentiments, qui ne se laisseraient nullement enserrer dans un cadre juridique.

L'auteur à qui l'on doit le signalement de cet arrêt dans Droit de la famille de janvier 2017 (Jean-René Binet, p 48) nous apprend d'ailleurs que la question avait déjà été évoquée par la Cour de Saint Denis de la Réunion (ch. fam., 8 juillet 2015, n° 14/01303, JD 2015/020779). Vérification faite sur une base de données, cette Cour aurait effectivement eu l'occasion d'écrire que le "mariage d'amour" n'était "pas une condition préalable", en réponse à un époux dont elle rejetait doublement le moyen tendant à déclarer l'épouse fautive d'adultère, non seulement au niveau de l'obtention de la preuve informatique (voir ci-après), mais aussi et surtout sur le fond, l'estimant "mal venu à donner des leçons dès lors que le mariage qu'il a choisi contient intrinsèquement ce défaut puisqu'il s'agit pour un homme d'un certain âge et riche venant d'un pays occidental d'épouser une très jeune femme (20 ans de moins) pauvre et donc supposée plus soumise, venant d'un pays où la population connaît de graves difficultés économiques". Tout un programme, pour en débattre longuement.

Quoique entrepris sous d'autres latitudes, les (d)ébats parisiens possédaient quelques traits communs, puisque l'épouse y dénonçait "l'emprise morale qu'il a exercé sur elle en raison de leur différence d'âge à laquelle s'est ajoutée une emprise financière". Cependant, après examen des circonstances de l'espèce, la Cour écartera cette problématique, jugeant bien au contraire qu'on était manifestement entre adultes consentants (pour reprendre le titre d'un film sur ce sujet).

Suffisant par exemple pour écarter un autre grief de l'épouse, selon lequel son époux "tenait des conversations sexuelles ouvertement alors que sa femme était à ses côtés" ou parlait "de clubs échangistes" et même, avait proposé "à une amie de sa femme de se revoir", la Cour estimant qu'une telle "conception des rapports conjugaux... ne peut constituer un manquement aux obligations du mariage qui si elle n'est pas partagée par l'autre, ce qui n'est pas le cas en l'espèce, les attestations produites par M. C. montrant une épouse libre, passant avec des amies, sans son mari, des soirées, une fois par semaine, qualifiées de "chaudes" ".

Mais pas au point de couvrir les adultères, bien établis, eux, commis par chaque époux après leur séparation. L'occasion pour la Cour de rappeler que "l'obligation de fidélité perdure au-delà" de cette séparation, même si c'est un moyen comme un autre pour les magistrats de prendre la décision qu'ils estiment refléter le plus la réalité de la situation qui leur est soumise. Dans d'autres cas, par exemple, il arrive qu'ils jugent que le comportement de l'un absout celui de l'autre. Le partage des torts apparaît le plus souvent comme une solution plus satisfaisante, elle ne peut être que saluée en tout cas ici, n'en déplaise, donc, à l'argument de l'époux, indiquant qu'il souffrait davantage que son épouse, parce qu'il l'aimait encore. Les sentiments s'immiscent dans toutes les situations et ignore les catégories, mais il faut bien juger...

L'autre question avait trait aux modes d'obtention des preuves de l'adultère. Il se trouve en effet que Madame, en partant du domicile conjugal, avait laissé son ordinateur ouvert sur sa session de messagerie. Conformément à la jurisprudence applicable en matière de preuves dans le divorce, c'est amplement suffisant pour rendre celles-ci licites. Si un tel accès est "un manque de délicatesse", il ne constitue "pas une fraude dès lors qu'il n'est pas démontré que [l'époux] aurait obtenu par fraude le mot de passe lui permettant de s'y connecter".

A comparer à l'arrêt, précité, de Saint Denis de la Réunion, ou au contraire, la Cour retient que "si le mari fait valoir l'escroquerie au mariage de la part de l'épouse qui ne l'aurait épousé que pour obtenir la nationalité française, il n'est pas fondé à produire des mails extraits de l'ordinateur utilisé par l'épouse pour le prouver. En effet, il ne s'agit pas d'une découverte fortuite, une expertise informatique ayant été nécessaire pour accéder aux correspondances litigieuses. Le fait que l'épouse ait utilisé l'ordinateur mis à sa disposition dans le cadre de son travail par l'entreprise du mari ne saurait retirer à cette correspondance le droit au secret".

Echelle de ludique (1) à technique (5) : 3

Historique

  • Aimer est-il un devoir du mariage ?
    Publié le : 30/01/2017 30 janvier janv. 01 2017
    Droit de la famille
    Aimer est-il un devoir du mariage ?
    La Cour d'appel de Paris manquerait-elle de romantisme, à force de voir défiler des dossiers de divorce ? Ou au contraire, dans une conception absolue de l'amour, considère-t-elle avec sagesse que celui-ci ne peut se réduire à un "devoir" ? Dans un arrêt du 17 novembre 2016 (pôle 3, ch. 3, n°...
  • Quand on se heurte à la raison d'Etat
    Publié le : 15/04/2016 15 avril avr. 04 2016
    Droit pénal
    Quand on se heurte à la raison d'Etat
    Avocat pénaliste jusqu'au bout, jusqu'à une infraction qui sonne mal : association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme En fait, cette qualification impressionne le profane, pas les avocats ayant déjà eu à la traiter, et ils sont de plus en plus nombreux. Elle est e...
  • Refaire sa vie au bout du monde sans couper les ponts avec son enfant
    Publié le : 25/01/2016 25 janvier janv. 01 2016
    Droit de la famille
    Refaire sa vie au bout du monde sans couper les ponts avec son enfant
    Partir, à des milliers de kilomètres, sur une île, rêve interdit quand l'autre parent reste en métropole ? Ma cliente avait déjà fait part au père de son enfant, de son projet, pour le moins original : partir loin, elle en avait besoin, pour se refaire une santé, dans un cadre plaisant (la Réu...
  • Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, si tu veux, mais pas devant le Cour
    Publié le : 16/10/2015 16 octobre oct. 10 2015
    Droit de la famille
    Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel, si tu veux, mais pas devant le Cour
    La Haute juridiction rappelle en effet fréquemment aux juges du fond qu'elle n'apprécie pas que ceux-ci laissent l'enfant décider de sa résidence selon sa volonté. Je vais t'écouter, mais ce n'est pas toi qui vas prendre la décision, c'est moi qui porterait cette responsabilité", disent les ju...
  • Si, si, Monsieur est capable d'avoir les enfants en week end sans les faire mourir de faim ou mettre le feu à la maison
    Publié le : 12/10/2015 12 octobre oct. 10 2015
    Droit de la famille
    Si, si, Monsieur est capable d'avoir les enfants en week end sans les faire mourir de faim ou mettre le feu à la maison
    Un grand classique : quand Madame essaie de convaincre le juge que Monsieur est un homme, donc inconséquent (équivalent symétrique : Monsieur essaie de convaincre le juge que Madame est une "hystérique"), en général, ça ne fonctionne pas. "Il n'est nullement nécessaire... de satisfaire la dem...
  • Enrichissez vous !
    Publié le : 16/09/2015 16 septembre sept. 09 2015
    Droit de la famille
    Enrichissez vous !
    A rebours de la plupart des exemples donnés par la jurisprudence, voici un époux qui a pu prospérer sans passer à la caisse au moment du divorce, et faire sien le l'invitation de Guizot. Il ne s'agit peut-être que d'une victoire temporaire, la cassation (Civ 1, 8 juillet 2015, n° 14-20480) éta...
  • En France, la redistribution, c'est sacré
    Publié le : 10/09/2015 10 septembre sept. 09 2015
    Droit de la famille
    En France, la redistribution, c'est sacré
    Ecarter d'avance toute possibilité de prestation compensatoire en s'abritant derrière une loi étrangère qui le permet, n'est pas valable devant le juge français. Mieux vaut donc dans ce cas, pour celui qui souhaite y échapper, introduire son action en divorce ailleurs qu'en France. Les avoc...
  • Comment passer pour un baron du 9-5
    Publié le : 28/05/2015 28 mai mai 05 2015
    Droit pénal
    Comment passer pour un baron du 9-5
    Mieux vaut tomber sur un magistrat qui a l'oeil quand on commerce des stupéfiants "en petite quantité" et qu'on se retrouve au milieu d'un dossier un peu plus gros... Sans faire du physionomisme criminologique bon marché, mon client a l'air malin, avec sa tête de premier de la classe, au milie...
  • Tout ça pour ça
    Publié le : 23/11/2014 23 novembre nov. 11 2014
    Droit civil / Procédure civile
    Tout ça pour ça
    Un conseil si vous êtes défendeur : soulevez n'importe quelle connerie en incident de procédure, vous n'aurez rien à perdre, le Juge de la mise en état français est vraiment bon prince (pour rester respectueux) Oui, parce qu'il ne s'étonne même pas que le défendeur puisse faire ainsi perdre un...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>