Cachez moi ce patrimoine que je ne saurais voir

Cachez moi ce patrimoine que je ne saurais voir

Publié le : 02/11/2022 02 novembre nov. 11 2022

Les époux ayant "vocation" à un partage égalitaire en communauté, peu importe qu'ils en reçoivent trois sous ou des millions, nous dit la Cour de cassation. Lorsqu'il détermine le montant de la prestation compensatoire, le juge doit ignorer cela. Un aveuglement complet.

A l'heure où les Français traquent le salaire d'un dirigeant sans se poser des questions sur celui d'un footballeur, leurs magistrats, eux, continuent de considérer que le salaire élevé, qu'on pourrait définir par celui qui est situé juste au dessus de ce que eux-mêmes gagnent, est vaguement honteux, peu important que depuis bien longtemps la richesse appartiennent dans ce pays en réalité à ceux qui héritent, plus nombreux que Mbappé ou Pouyanné. Un esprit mal intentionné pourrait même se demander si, pour pouvoir habiter à Paris - ce qui a des chances d'être le cas de ceux qui sont en poste à la Cour de cassation, ils le doivent bien probablement à cela qu'à leur revenu. Mais je ne l'ai pas dit.

C'est la saillie de comptoir que m'inspire cet arrêt de la 1ère chambre civile (21 sept 2022, n° 21-12344), selon lequel "la liquidation du régime matrimonial des époux étant par définition égalitaire, il n'y avait pas lieu de tenir compte de la part de communauté devant revenir à Mme [U] pour apprécier la disparité créée par la rupture du lien conjugal".

Ben voyons ! Que le partage de communauté vous apporte 20.000 € ou 800.000 €, ça ne fait aucune différence, c'est évident. Et ça n'aura aucun impact sur le surplus de salaire de 2.000 € que le méchant Roger perçoit par rapport à la gentille Monique, et qui reste horrible, même s'il ne voudrait en réalité plus rien dire dans l'hypothèse d'un partage de patrimoine important.

Les prénoms de cet exemple sont fictifs, ça m'est venu comme ça, mais surtout, les chiffres aussi, pour être honnête, car l'arrêt ne nous livre pas les revenus dans l'espèce qui lui était soumise. Il faut dire qu'ils étaient impossibles à illustrer en quelques mots, comme nous l'enseigne la lecture de la décision de la Cour d'appel objet du pourvoi, sauf à se limiter à cette sorte de synthèse : "La cour ne peut par conséquent que souligner une nouvelle fois l'opacité de la gestion de la société et des ressources qu'elle génère et en conclure qu'en tout état de cause, aucun élément ne permet d'établir que l'activité est aujourd'hui déficitaire et qu'elle ne permet pas de procurer à monsieur [T] de substantiels revenus mensuels" (Besançon, 10 nov. 2020, RG 20/00009).

On nous livre néanmoins une idée de la vocation liquidative, indiquant que "le patrimoine communautaire était constitué d'un appartement évalué à 120 000 €, d'un local commercial évalué à 260 000 €, et du "relais Marrakech" évalué, selon l'époux, de 470.000 à 500.000 €, et selon l'épouse à 3.834.160 €, soit un montant global compris entre 850.000 et 4.214.160 €" - ah, le charme des évaluations immobilières au pays... En tout cas, c'est pas mal, et la prestation compensatoire aussi, fixée à 200.000 €. Celui qui la paie a donc d'autant plus de mal à entendre que ce que son épouse va retirer du partage est indifférent. Après, peut-être que la différence de salaires justifiait cette décision.

Il n'en reste pas moins cet étonnant principe.

Pas si étonnant, pourrait répondre la Cour, puisque cela fait longtemps qu'elle le suit. Ce qui n'empêche pas de le discuter, et je ne suis pas le seul (cf ci-après).

Par ailleurs, il est circonscrit, puisqu'il semblerait, en suite de deux arrêts rendus le 5 septembre 2018, qu'il ne s'applique qu'à la recherche de l'existence d'une disparité, et non au montant de la prestation destinée à la compenser. Le juriste aguerri ne sera pas davantage impressionné par cette distinction spécieuse, que par la fausse subtilité consistant à s'abriter derrière le pouvoir souverain du juge du fond. "Qu'il nous soit permis", écrit Stéphane David, "de ne pas être convaincus... du bien-fondé d'une telle distinction. Comment raisonnablement soutenir que le résultat de la liquidation d'une communauté peut déployer ses effets uniquement sur l'étendue de la disparité, sans influer sur son principe ?" (Droit et pratique du divorce, Dalloz référence, n° 215.57)

A sa suite, Quentin Guiguet-Schielé n'hésite pas à qualifier de "simpliste" la solution dégagée par la Cour de cassation (Dalloz actualité 11 octobre 2022)

D'abord, rappelle-t-il, "affirmer que les époux ont les mêmes droits dans le cadre de la liquidation du régime légal trahit une profonde méconnaissance de règles liquidatives", les droits pouvant être très différents par le jeu des "récompenses", qui peuvent par exemple venir indemniser des apports en fonds propres.

Ensuite et surtout, cette jurisprudence, quelle que soit sa constance, apparaît tout simplement contra legem, puisque l'article 271 du Code civil commande expressément de prendre en compte "le patrimoine estimé ou prévisible des époux...après la liquidation du régime matrimonial". 

Et donc, elle ferme complètement les yeux sur le fait que la disparité "est moins une affaire de différence... que de disproportion". Où l'on retrouve cette allégorie de la justice avec un bandeau devant les yeux, mais initialement c'est pour ne pas se laisser influencer par les images. Pas pour faire semblant d'ignorer que la richesse se niche plus rarement dans la fiche de paie que dans l'immobilier.

Mais ce n'est peut-être pas la seule morale de l'histoire.

Marie Gayet (Droit de la famille, Lexis Nexis, Novembre 2022, n° 163), rappelle que "par le passé, la Cour de cassation avait eu l'occasion de tempérer ce principe, en précisant que l'absence de prise en compte des parts dans la communauté s'appliquait, sauf "circonstances exceptionnelles" (Civ. 1, 31 mars 2016, n° 15-18065...), sans que l'on sache d'ailleurs très précisément ce que pouvaient être les circonstances en question. Ici, la Cour de cassation ne prend même pas la précaution d'énoncer ce tempérament et adopte une formule des plus générales". On revient sur la simplicité, mais pas au sens simpliste/idiot évoqué ci-dessus. Plutôt au sens facile/rapide. Allègement légitime du fardeau de la justice ? Ou envie de sortir plus tôt du bureau ? Elle était peut-être là la clé. Comme souvent.

Note de technique à ludique : 4

 

Historique

  • Bob a 50 ans !
    Publié le : 08/11/2022 08 novembre nov. 11 2022
    Actualités
    Bob a 50 ans !
    Aujourd'hui se tient au Tribunal de Bobigny un colloque sur cet anniversaire symbolique. Même s'il n'est pas ouvert au Grand public, c'est l'occasion de communiquer sur un lieu iconique en son genre. Mon ami Bob fête donc son jubilé 3 mois avant le mien, c'est dire que nous sommes nés pas loin...
  • Cachez moi ce patrimoine que je ne saurais voir
    Publié le : 02/11/2022 02 novembre nov. 11 2022
    Droit de la famille
    Cachez moi ce patrimoine que je ne saurais voir
    Les époux ayant "vocation" à un partage égalitaire en communauté, peu importe qu'ils en reçoivent trois sous ou des millions, nous dit la Cour de cassation. Lorsqu'il détermine le montant de la prestation compensatoire, le juge doit ignorer cela. Un aveuglement complet. A l'heure où les França...
  • De la "garde d'enfants" au temps du coronavirus
    Publié le : 30/03/2020 30 mars mars 03 2020
    Droit de la famille
    De la "garde d'enfants" au temps du coronavirus
    Sur ce plan là, on peut dire que le gouvernement n'aura pas trop traîné pour tarir la source de nombreux litiges potentiels... même s'ils se poseront quand même. Par décret n° 2020-293 du 23 mars 2020, ont été élevés au rang d'exceptions admises à l'interdiction des déplacements, ceux entrepri...
  • 10 choses que j'avais envie de dire avant que le monde ne disparaisse
    Publié le : 24/03/2020 24 mars mars 03 2020
    Actualités
    10 choses que j'avais envie de dire avant que le monde ne disparaisse
    Les circonstances permettent parfois de dire les choses plus franchement... Puisqu'on va tous mourir, autant se défouler. Et si finalement on ne meurt pas (cf à ce sujet ma remarque 10), sait-on jamais, elles pourraient servir. A mes clients ou futurs clients : 1 - N'attendez aucune certitud...
  • On ne peut pas toujours avoir le gîte et le jugement
    Publié le : 17/01/2020 17 janvier janv. 01 2020
    Droit de la famille
    On ne peut pas toujours avoir le gîte et le jugement
    Dans cette affaire, j'ai pu soulever avec succès la prescription de la demande adverse en remboursement d'une somme versée par elle à mon client il y a des années... et qui de toute façon, était causée par une contrepartie. Je pense que la partie adverse ne gardera pas un bon souvenir de cette...
  • Médiation, piège à con ?
    Publié le : 20/06/2019 20 juin juin 06 2019
    Droit de la famille
    Médiation, piège à con ?
    Quand déposer une simple requête en augmentation de pension alimentaire devant le Juge aux affaires familiales d'Evry devient plus compliqué qu'un divorce entier. Et d'un seul coup, je perds mon calme devant ce Juge, et "j'ose" lui parler d'un "déni de justice" (dans ma tête, je pensais à pire...
  • Du choix d'un régime matrimonial "insolite"
    Publié le : 12/12/2018 12 décembre déc. 12 2018
    Droit de la famille
    Du choix d'un régime matrimonial "insolite"
    Choisir la communauté quand on exerce une activité libérale, c'est un peu trop rock n roll, aux yeux des juges Je ne suis pas un spécialiste de la responsabilité civile des notaires; j'ai retenu cet arrêt surtout en ce qu'il apporte un éclairage intéressant sur les différents régimes matrimoni...
  • Chacun son tour !
    Publié le : 05/06/2018 05 juin juin 06 2018
    Droit de la famille
    Chacun son tour !
    Défendeurs, réjouissez vous : la France est votre paradis Je râle suffisamment à longueur de messages sur la faveur faite par la justice française au défendeur, pour ne pas en profiter à mon tour, pour une fois, et puis quoi encore ! D'habitude, même comme défendeur, je n'aime pas beaucoup...
  • Il est sale, bête et méchant… mais on s’y est fait.
    Publié le : 30/05/2018 30 mai mai 05 2018
    Droit de la famille
    Il est sale, bête et méchant… mais on s’y est fait.
    Traduction un peu imagée, voire complètement subjective, du bilan d’une année d’application de la loi du 18 novembre 2016 ayant créé le nouveau divorce par consentement mutuel. Pour être honnête, il n’y a pas de bilan officiel ; il y a juste un sondage effectué auprès des avocats, auquel envir...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.