Vous êtes ici :
Enrichissez vous !

Enrichissez vous !

Publié le : 16/09/2015 16 septembre sept. 09 2015

A rebours de la plupart des exemples donnés par la jurisprudence, voici un époux qui a pu prospérer sans passer à la caisse au moment du divorce, et faire sien le l'invitation de Guizot.

Il ne s'agit peut-être que d'une victoire temporaire, la cassation (Civ 1, 8 juillet 2015, n° 14-20480) étant prononcée avec renvoi. Quoique, après tout, le premier juge du fond n'avait pas octroyé de prestation compensatoire, donc rien ne dit que la Cour d'appel de renvoi décidera dans le même sens que celle qui a été cassée, l'erreur de motivation en moins.
 
C'est donc peut-être une erreur à 200.000 € que cette dernière a commise en octroyant une prestation compensatoire de ce montant sans la rédiger convenablement, mais il faut dire qu'elle est belle cette erreur. La Cour de cassation ne pouvait pas la louper. Une expression telle que :"la prestation compensatoire a quand même pour objet de corriger les injustices liées au jeu du régime séparatiste", alors qu'il est de jurisprudence qu'elle n'est précisément pas faite pour ça, c'est une peu une provocation.
 
Certes, il y a quelque chose d'injuste à ne sortir que cela du lot, car la Cour d'appel était loin de n'avoir écrit que cela. Elle avait ainsi détaillé le patrimoine immobilier de l'époux, d'un montant d'environ 1,4 millions d'euros. Elle avait également relevé l'affirmation de celui-ci selon laquelle il en avait constitué la majeure partie au cours de la vie commune (genre : je me suis fait tout seul...), puisque, enseignant au moment du mariage, il s'était lancé dans les affaires avec succès (...mais avec un petit héritage quand même pour bien commencer, car il n'y a pas de miracle non plus), et en avant malignement tiré la conclusion que "cette réussite professionnelle est sans doute liée à l'industrie du mari et son talent, mais il ne peut être fait abstraction du fait que l'épouse, qui avait une profession stable de médecin, et assurait ainsi une sécurité maternelle à sa famille, avait en partie contribué à cette promotion sociale".
 
Comme le fait remarquer un auteur (M. Brusorio-Ailaud, Lexbase Hebdo, 10 sept 2015), "c'est probablement parce qu'ils ont été empreints d'un tel sentiment que les magistrats de la cour d'appel se sont permis d'assouplir les conditions d'attribution de la prestation compensatoire. Cependant, ... il aurait peut-être été possible de parvenir à cette solution d'une autre manière", et même sûrement ! L'article 271 du Code civil invitant lui-même à considérer "les conséquences des choix professionnels faits par l'un des époux pendant la vie commune... pour favoriser la carrière de son conjoint", il était possible de valoriser à ce titre le fait que l'épouse avait sans cesse travaillé et ainsi permis à son conjoint de se constituer un patrimoine. Sans avoir besoin de prêter à la prestation on ne sait quel vertu de rééquilibrage du régime séparatiste.
 
Ceci dit, l'épouse avait-elle vraiment travailler toute sa vie dans le but de faciliter celle de son conjoint ? Rien ne l'établit dans les extraits de l'arrêt d'appel cités dans le pourvoi. Il est possible que l'épouse ait travaillé avant tout dans son propre intérêt (ce en quoi elle avait d'ailleurs bien raison), et au bout du compte, avec un revenu (profession et foncier additionnés) de 5.500 € par mois, et un patrimoine immobilier d'environ 400.000 €, là où l'époux n'avait pas un revenu supérieur (4.000 €), mais un patrimoine, donc, du triple. On n'était donc pas entre gens malheureux.

Historique

  • Enrichissez vous !
    Publié le : 16/09/2015 16 septembre sept. 09 2015
    Droit de la famille
    Enrichissez vous !
    A rebours de la plupart des exemples donnés par la jurisprudence, voici un époux qui a pu prospérer sans passer à la caisse au moment du divorce, et faire sien le l'invitation de Guizot. Il ne s'agit peut-être que d'une victoire temporaire, la cassation (Civ 1, 8 juillet 2015, n° 14-20480) éta...
  • En France, la redistribution, c'est sacré
    Publié le : 10/09/2015 10 septembre sept. 09 2015
    Droit de la famille
    En France, la redistribution, c'est sacré
    Ecarter d'avance toute possibilité de prestation compensatoire en s'abritant derrière une loi étrangère qui le permet, n'est pas valable devant le juge français. Mieux vaut donc dans ce cas, pour celui qui souhaite y échapper, introduire son action en divorce ailleurs qu'en France. Les avoc...
  • Comment passer pour un baron du 9-5
    Publié le : 28/05/2015 28 mai mai 05 2015
    Droit pénal
    Comment passer pour un baron du 9-5
    Mieux vaut tomber sur un magistrat qui a l'oeil quand on commerce des stupéfiants "en petite quantité" et qu'on se retrouve au milieu d'un dossier un peu plus gros... Sans faire du physionomisme criminologique bon marché, mon client a l'air malin, avec sa tête de premier de la classe, au milie...
  • Tout ça pour ça
    Publié le : 23/11/2014 23 novembre nov. 11 2014
    Droit civil / Procédure civile
    Tout ça pour ça
    Un conseil si vous êtes défendeur : soulevez n'importe quelle connerie en incident de procédure, vous n'aurez rien à perdre, le Juge de la mise en état français est vraiment bon prince (pour rester respectueux) Oui, parce qu'il ne s'étonne même pas que le défendeur puisse faire ainsi perdre un...
  • Le Juge aux affaires familiales doit... travailler avant de décider de transférer un bien immobilier d'un époux à l'autre à titre de prestation compensatoire
    Publié le : 15/10/2014 15 octobre oct. 10 2014
    Droit de la famille
    Le Juge aux affaires familiales doit... travailler avant de décider de transférer un bien immobilier d'un époux à l'autre à titre de prestation compensatoire
    La CEDH exige que le juge vérifie d'abord si la prestation compensatoire peut être acquittée par d'autres moyens, avant d'y aller ainsi "en force". Et des moyens, il y en avait. L'arrêt de la Cour de Strasbourg (10 juillet 2014, n° 4944/11)  note bien qu' "il ressort des différentes décisions...
  • Amélioration civile et surtout pénale de la lutte contre les violences conjugales
    Publié le : 05/10/2014 05 octobre oct. 10 2014
    Droit de la famille
    Amélioration civile et surtout pénale de la lutte contre les violences conjugales
    La loi n° 2014-873 du 4 août 2014 ne vise pas une révolution, mais contient des dispositions techniques, d'importance diverse. Sur le plan civil, elles confirment la place de l'ordonnance de protection. Au niveau du champ d'application, le danger, critère d'intervention de cette procédure,...
  • Du divorce low cost au divorce carrément cheap
    Publié le : 23/09/2014 23 septembre sept. 09 2014
    Droit de la famille
    Du divorce low cost au divorce carrément cheap
    La baisse des prix a du bon, jusqu’à un certain point. Je suis une profession libérale et j’assume : je suis convaincu que la concurrence et la circulation de l’information possèdent davantage d’aspects positifs que négatifs. Je pense que les citoyens ne se portent pas plus mal que du temps ou...
  • Et que se passerait-il si les radars de la sécurité routière flashaient Conchita Wurst ?
    Publié le : 01/09/2014 01 septembre sept. 09 2014
    Droit pénal
    Et que se passerait-il si les radars de la sécurité routière flashaient Conchita Wurst ?
    Quand le titulaire de la carte grise est une femme et que la photographie prise par le radar montre un homme, normalement, ça devrait aller. Le juge de proximité de Limoges avait eu la dent dure contre cette propriétaire de véhicule, qui avait cru que les débats pourraient s'arrêter là en fais...
  • Une CRPC décidément pas comme les autres
    Publié le : 24/03/2014 24 mars mars 03 2014
    Droit pénal
    Une CRPC décidément pas comme les autres
    Il arrive que le Procureur abandonne carrément les poursuites. Suite à l’ « échec CRPC » (comme on dit dans le jargon judiciaire) du 21 octobre 2013, j’avais indiqué à mon client, comme d’usage dans cette hypothèse, qu’il fallait désormais attendre la convocation à une audience du circuit dit...
<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 ... > >>