Le drame des copier-coller

Le drame des copier-coller

Publié le : 09/11/2011 09 novembre nov. 11 2011

Quand une erreur apparemment bénigne sur une ordonnance de mise en accusation peut aboutir à la disparition d’un procès criminel.

Quand on reçoit l’ordonnance par laquelle le Juge d’instruction prend sa décision finale, on ne lit pas d’emblée les détails de rédaction, on regarde directement le sens de cette décision : renvoi du mis en examen devant une juridiction de jugement, ou non lieu à un tel renvoi.

C’est seulement quand il y a une surprise, qu’on se met à regarder le reste, les détails.

Mais quand il n’y en a pas, à quoi bon ? Tout va bien. Oui, tout allait bien, le juge d’instruction avait « mis en accusation devant la Cour d’assises de Seine Saint-Denis » mon adversaire, je pouvais à la rigueur arrêter là ma lecture, je savais très bien pourquoi cette décision était prise. En plus, mes yeux avaient glissé, même si c’était de façon un peu floue, sur quelques mots familiers, dans les lignes d’après, qui me confortaient : « d’avoir, à Rosny sous Bois, entre le 1er mai 1992 et le 30 juin 1992… avec violence, contrainte, menace ou surprise… avec cette circonstance que les faits ont été commis sur un mineur… ». Voilà, il allait donc être jugé pour viol sur mineur de quinze ans.

Par un réflexe purement organisationnel, je passais à la Cour d’assises scruter son calendrier, pour avoir une (très) vague idée du moment où serait audiencée cette affaire. Et c’est à l’occasion de mon dialogue avec cette greffière formidablement avisée que nous avons constaté la (potentiellement) funeste erreur : l’ordonnance renvoyait certes devant la Cour d’assises, mais pour un… délit ! En effet, elle qualifiait les faits d’atteintes sexuelles, et non de viol !

Une erreur « de plume » (ou plutôt de clavier), évidemment. Les faits étaient clairs, il ne s’était jamais agi de débattre sur une simple atteinte, mais bien sur une pénétration, et ne restait plus qu’à juger oui ou non, tout ou rien, mais pas au milieu, il n’en avait jamais été question, et cela ne résultait aucunement de la défense du mis en examen, qui ne plaidait « que » le consentement, mais pas l’absence de pénétration. Le juge d’instruction ne pouvait donc pas avoir changé son fusil d’épaule, il s’était juste trompé.

Mais impossible d’aller lui en parler pour qu’il corrige cette erreur purement matérielle, l’ordonnance avait été notifiée.

Il fallait donc former un recours devant la chambre de l’instruction, avec toute la lourdeur (procédure, délais…) qui s’ensuit, pour cette simple erreur.

Aussi lourde que fût cette démarche, elle était d’une nécessité absolue.

Ce n’est pas la juridiction saisie, qui me gênait. Cour d’assises ou tribunal correctionnel, il est toujours un peu hasardeux de parier sur laquelle sera le plus favorable, du moins quand la question du quantum de la peine n’a pas en elle-même une incidence décisive.

En l’occurrence, il y avait certes une différence non négligeable de peine encourue (c’est-à-dire maximale), puisqu’elle est de 20 ans en matière de viol sur mineur de 15 ans, et de 7 ans en matière d’ atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans.

Mais vu l’ancienneté des faits, leur commission une seule fois, et l’absence d’antécédents judiciaires chez l’accusé, je me doutais bien qu’on serait très loin du maximum, comme c’est d’ailleurs le cas dans la très grande majorité des condamnations (classique astuce des services d’enquête, qui font peur au mis en cause en citant la peine encourue, par exemple 3 ans en matière de vol, alors qu’un tel tarif est donné une fois sur 100…).

Non, ce qui était dramatique en l’espèce, c’est que vu l’ancienneté des faits, justement, tout délit était… prescrit. Alors qu’un crime ne l’était pas. Eternelle question de la prescription. Vaste débat, pas seulement philosophique, parce qu’ici très avec des conséquences très concrètes.

Il a donc fallu faire corriger l’ordonnance de mise en accusation, afin que, oui, une Cour d’assises puisse débattre de cette affaire, même tant d’années après, et même si la peine n’aura pas le même sens, ni le même quantum, que si les faits étaient récents.

S’il n’avait pas eu d’avocat (et une greffière diligente), mon client n’aurait jamais disposé des connaissances pour déceler et faire réparer cette erreur, et aurait été privé de ce procès d’une importance considérable pour lui.

Echelle de ludique (1) à technique (5) : 2

Postérité de cet article :

Dans cette affaire, l'accusé a finalement bien été condamné par une Cour d'assises (même si ce n'est qu'à de l'emprisonnement avec sursis, au vu de son, âge et de l'ancienneté des faits), et mon client a bénéficié d'une indemnisation (cf actualité du 04/09/12)".

Historique

  • Et si notre enfant fait Harvard, qui va payer, papa ou maman ?
    Publié le : 15/05/2012 15 mai mai 05 2012
    Droit de la famille
    Et si notre enfant fait Harvard, qui va payer, papa ou maman ?
    Illustration d’un problème qui concerne de nombreux parents séparés (même si ce n’est pas souvent pour ce genre d’établissement) : le paiement des frais de scolarité. A priori, la question avait été réglée, un jugement ayant été rendu par le Juge aux affaires familiales, qui précisait explicit...
  • Connaissez-vous vraiment votre conjoint ?
    Publié le : 19/04/2012 19 avril avr. 04 2012
    Droit de la famille
    Connaissez-vous vraiment votre conjoint ?
    Un époux peut obtenir annulation du mariage s’il découvre que son épouse est escort-girl… Encore une espèce croustillante (comme dans mon post du 23 décembre 2011), d’une faible utilité, puisqu’elle ne devrait tout de même pas s’appliquer à grand-monde, mais qui peut être signalée, juste « pou...
  • Le caractère acariâtre peut aussi constituer une faute
    Publié le : 19/04/2012 19 avril avr. 04 2012
    Droit de la famille
    Le caractère acariâtre peut aussi constituer une faute
    Une épouse peut être reconnue fautive pour avoir eu « une attitude particulièrement humiliante et méprisante à l’égard de son mari, en raison du niveau d’étude inférieur de celui-ci », avoir « contribué au repli de la famille sur elle-même », etc. A force de lire des jurisprudences dans lesque...
  • Faut-il être transparent sur ses finances dans une procédure en divorce ?
    Publié le : 19/04/2012 19 avril avr. 04 2012
    Droit de la famille
    Faut-il être transparent sur ses finances dans une procédure en divorce ?
    On ne risque pas le pénal si on se fait prendre. Mais on risque de perdre au civil si on ne joue pas le jeu… D’abord, dédramatisons le débat. Une déclaration sur l’honneur mensongère n’est pas pénalement réprimée. C’est ce qu’indique la chambre criminelle de la Cour de cassation dans un arrêt...
  • RFF sait-il seulement tout ce qu'il possède
    Publié le : 05/04/2012 05 avril avr. 04 2012
    Autres contentieux / Procédure civile
    Sur les marges des parcelles, les squatteurs auraient de quoi discuter la propriété de l'établissement public Je ne pensais pas que des réparateurs de batteries pouvaient être des gens hauts en couleur comme ça. J'avais d'abord fait la connaissance du gérant (de paille?), car c'est lui qui...
  • Du devoir conjugal
    Publié le : 23/12/2011 23 décembre déc. 12 2011
    Droit de la famille
    Du devoir conjugal
    Dans le cadre d’une procédure de divorce dit contentieux, un époux peut obtenir de son conjoint réparation de son préjudice d’abstinence contrainte ! Ni trop, ni trop peu. La jurisprudence vient périodiquement rappeler, dans des rédactions savoureuses, les frontières du devoir conjugal. Dans u...
  • Le drame des copier-coller
    Publié le : 09/11/2011 09 novembre nov. 11 2011
    Droit des victimes
    Le drame des copier-coller
    Quand une erreur apparemment bénigne sur une ordonnance de mise en accusation peut aboutir à la disparition d’un procès criminel. Quand on reçoit l’ordonnance par laquelle le Juge d’instruction prend sa décision finale, on ne lit pas d’emblée les détails de rédaction, on regarde directement le...
  • Le raisonnement sur la pension alimentaire est une photo, celui sur la prestation compensatoire est un film
    Publié le : 25/10/2011 25 octobre oct. 10 2011
    Droit de la famille
    Le raisonnement sur la pension alimentaire est une photo, celui sur la prestation compensatoire est un film
    Quatre ans de mariage suffisent rarement à fonder une prestation compensatoire Voici un exemple illustrant la différence entre pension alimentaire, et prestation compensatoire. Certes, comme la pension, la prestation dépend des revenus disponibles au moment où la question se pose. Mais pas...
  • La commune aboie, la caravane reste
    Publié le : 20/10/2011 20 octobre oct. 10 2011
    Autres contentieux / Procédure civile
    La commune aboie, la caravane reste
    Je m'aventure rarement dans ce gouffre chronophage qu'est le contentieux devant le Tribunal d'instance, mais là, vraiment, je me suis éclaté. Et d'un coup, la température est montée de quelques degrés dans mon bureau. Nous sommes à 3 jours de l'audience, j'attends toujours que la 2è moitié...
<< < ... 3 4 5 6 7 8 9 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.