Réunir... physiquement une famille post mortem

Réunir... physiquement une famille post mortem

Publié le : 21/02/2014 21 février févr. 02 2014

L'exhumation d'une sépulture est une décision rare, qui ne peut être obtenue que pour des raisons fortes

"Toi le frère que je n'ai jamais eu, Sais-tu si tu avais vécu, Ce que nous aurions fait ensemble. Un an après moi, tu serais né, Alors on n'se s'rait plus quittés, Comme deux amis qui se ressemblent".

Ma cliente avait beau être jeune (27ans), elle avait peut-être déjà entendu cette chanson de Maxime Le Forestier, quand ses parents écoutaient Radio Nostalgie, une chanson qui lui aurait tiré les larmes, autant qu'elle avait ému le tribunal, pour que celui-ci en arrive à prendre cette décision exceptionnelle.

Mal dans sa peau, elle ne semblait pas mordre dans la vie de sa vingtaine, mais porter le poids d'un chagrin familial tenace.

Son père, qui ne s'était jamais remis de cet enfant (frère pour elle) mort-né, avait sombré dans l'alcoolisme, au point d'être mis sous tutelle, de divorcer, s'isoler, et pour finir, décéder trop jeune, à 46 ans, alors que sa cliente en avait 20.

S'ajoutait, comme souvent dans ces familles désunies, une organisation des funérailles qui lui avait échappée, puisque c'est, d'une certaine façon naturellement, le frère du défunt (donc l'oncle de ma cliente) qui avait pris les choses en main, sauf qu'il avait peut-être précipité sa décision en ne consultant pas grand monde avant d'obtenir l'inhumation dans un caveau certes "familial", puisqu'il contenait déjà les corps des parents du défunt (et donc des siens, et qu'il entendait aussi rejoindre plus tard), mais qui ne concernait qu'une partie de la famille de celui-ci.

L'argument se défendait néanmoins, et ma cliente allait donc avoir bien besoin d'un avocat, pour ne pas se sentir seul face à ce narratif intime, et combattre cet adversaire qui se prévalait des liens de l'ascendance.

Ce n'est pas de chance de devoir faire face à une partie qui n'a qu'à dire au tribunal : allons, pourquoi donc remuer les choses inutilement, le défunt se retrouve déjà entouré de ses parents.

Déjà que, lorsqu'il n'y a aucune opposition, un jugement d'exhumation est difficile à obtenir, mais alors là, il allait falloir chercher une sorte de performance judiciaire.

En effet, une telle décision est une exception, rarement consentie, au principe de la paix des morts, et de la stabilité de leur lieu de repos éternel.

Tout le monde (enfin, ceux qui étaient déjà nés dans les années 90) se souvient de l'affaire Yves Montand, qui avait donné lieu à une bataille judiciaire sur cette question, à l'initiative d'Aurore Drossart, qui souhaitait établir le lien de filiation au moyen d'une expertise ADN.

Mais dans mon affaire, contrairement à son oncle, qui semblait avoir réglé les affaires un peu pour les siennes aussi, dans son projet qui réservait déjà sa place, ma cliente avait fait preuve d'un altruisme émouvant et en ne se préoccupant nullement du lieu où, elle, reposerait plus tard (le privilège de sa jeunesse, quand même !).

Aussi compliqué qu'il soit, puisqu'il impliquait non seulement de faire ordonner, donc, l'exhumation de son père, mais aussi, celle de son frère mort-né, du carré des enfants où il se trouvait, à la taille trop petite pour recevoir quelqu'un à ses côtés, son projet de réunir ces deux âmes si inconsolables de ne s'être connues sur terre, était celui qui semblait le meilleur interprète de la volonté du défunt, à défaut de consignes explicites laissées par celui-ci. Les attestations concordaient en ce sens. Et nous avions trouvé une commune se disait prête à accueillir cette opération.

L'épilogue à cette histoire ressemble hélas à ces films sentimentaux français, qui cultivent la fantaisie de laisser au spectateur le soin d'imaginer la suite.

Cela ne surprendra guère mes confrères, coutumiers de ces clients qui disparaissent une fois le jugement rendu (parfois parce qu'ils doivent des honoraires, mais ça n'a rien à voir), comme si pour avancer, ils ne voulaient plus reparler avec celui qui avait un temps porté avec vous les choses qui sont trop lourdes. Cela n'a rien d'anormal, et il ne faut nullement s'en étonner.

Je n'ai  donc jamais réussi à savoir comment ma cliente a fait appliquer ce jugement, qui n'est guère qu'un morceau de papier tant qu'on n'a pas invité, parfois forcé s'il le faut, ses destinataires à l'exécuter - ici les cimetières concernés. Ce qui pouvait quand même être toute une (autre) histoire.

Peut-être ne l'a-t-elle d'ailleurs jamais fait. Il se peut qu'il lui ai suffit de faire reconnaître aux yeux de la Justice la simple idée, qui survivra à toutes vicissitudes terrestres.

Historique

  • Salut l’artiste
    Publié le : 04/03/2014 04 mars mars 03 2014
    Droit de la famille
    Salut l’artiste
    Êtes-vous divorcé quand votre époux décède en cours de délibéré ? Il était dit que ce dossier serait vraiment particulier. Après avoir guerroyé (voir actualité du 4 février 2010) pour obtenir une pension devant la Cour en appel de l’ONC, nous revenions devant elle, cette fois en appel du ju...
  • Réunir... physiquement une famille post mortem
    Publié le : 21/02/2014 21 février févr. 02 2014
    Autres contentieux / Procédure civile
    Réunir... physiquement une famille post mortem
    L'exhumation d'une sépulture est une décision rare, qui ne peut être obtenue que pour des raisons fortes "Toi le frère que je n'ai jamais eu, Sais-tu si tu avais vécu, Ce que nous aurions fait ensemble. Un an après moi, tu serais né, Alors on n'se s'rait plus quittés, Comme deux amis qui se re...
  • Du choix pas si évident entre les différentes procédures d’urgence familiale
    Publié le : 18/02/2014 18 février févr. 02 2014
    Droit de la famille
    Du choix pas si évident entre les différentes procédures d’urgence familiale
    A propos du problème du domicile conjugal entre concubins En situation de violences conjugales, a priori, il n’y a pas photo, entre les différentes procédures d’urgence. Surtout en matière de logement entre concubins, où là, c’est le tout ou rien. D’un côté, le référé « classique », dans...
  • Comment organiser son droit de visite et d’hébergement à l’autre bout du monde
    Publié le : 06/02/2014 06 février févr. 02 2014
    Droit de la famille
    Comment organiser son droit de visite et d’hébergement à l’autre bout du monde
    Le père résidant au Canada et n’ayant pas vu son enfant depuis 2 ans peut tout de même obtenir un jugement l’autorisant à le voir pendant les vacances, dès lors qu’il ne s’est pas désintéressé de la question. Pour une fois, je n’ai pas vu le client en vrai. Jamais. Même pas à l’audience. Il faut...
  • Le petit jeu de la provocation entre policiers et jeunes
    Publié le : 04/02/2014 04 février févr. 02 2014
    Droit pénal
    Le petit jeu de la provocation entre policiers et jeunes
    Il est essentiel d’essayer de reconstituer minutieusement les faits ayant abouti à une procédure pour outrage. Les policiers sont des malins. Globalement, c’est heureux, pour le citoyen qu’ils protègent. Mais parfois, il faut faire attention à la façon dont ils utilisent leurs ficelles. Mon...
  • Le principe d'égalité comme dernier rempart à la répudiation en France
    Publié le : 10/01/2014 10 janvier janv. 01 2014
    Droit de la famille
    Le principe d'égalité comme dernier rempart à la répudiation en France
    La course au divorce dans les couples maghrébins venus vivre en France relève parfois de la fable du lièvre et de la tortue : l'époux se hâte d'obtenir rapidement un divorce par répudiation au pays, mais l'épouse y met échec en obtenant l'absence de reconnaissance de ce type de divorce en France....
  • « Arrêtez de nous saoûler avec la Table de référence pour la fixation des pensions alimentaires ! »
    Publié le : 15/12/2013 15 décembre déc. 12 2013
    Droit de la famille
    « Arrêtez de nous saoûler avec la Table de référence pour la fixation des pensions alimentaires ! »
    Ce cri du coeur, entendu dans les couloirs du Palais (authentique, je ne dirai pas de qui il vient), tout juge a eu envie de le dire au moins une fois à un avocat, et tout avocat à son client. La Cour de cassation vient de s’en charger (Civ 1, 23 oct 2013, n° 12-25301).   Le message est a...
  • Dans un trou de souris
    Publié le : 06/12/2013 06 décembre déc. 12 2013
    Autres contentieux / Droit des successions
    Dans un trou de souris
    Ma cliente, auxiliaire de vie, était cernée par l'article 909 du Code civil, mais néanmoins non interdite, en tant que telle, de recevoir, d'une personne dont elle s'est occupée. Encore allait-il falloir essuyer, ensuite, les foudres du réservataire, fort mécontent de découvrir, au décès de sa...
  • De l’articulation entre les différents types de divorce contentieux
    Publié le : 01/11/2013 01 novembre nov. 11 2013
    Droit de la famille
    De l’articulation entre les différents types de divorce contentieux
    La Cour de cassation atténue la pression sur le choix initial du fondement de la demande en divorce. C’est une gymnastique typique de procédurier, et on comprend mieux pourquoi l’avocat est obligatoire dans la seconde phase du divorce contentieux. On rappelle que lorsqu’on introduit cette...
<< < ... 2 3 4 5 6 7 8 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.