Comment échouer à plates coutures en Cour d'appel

Comment échouer à plates coutures en Cour d'appel

Publié le : 01/11/2017 01 novembre nov. 11 2017

Elle pensait faire corriger à la hausse la contribution à l'entretien et l'éducation des quatre enfants, c'est au contraire une des contributions qui a été supprimée pour celui qui était majeur et "oisif"

L'arrêt n'a rien à voir avec le rugby, je cherchais juste une image de déroute, un peu facile.

Il a déjà quelques années, mais c'est à l'occasion d'une recherche récente de jurisprudence que je suis tombé dessus, et il m'a semblé typique de la tournure que prennent certains contentieux, quand tout finit par se retourner contre un justiciable, même certains arguments qui semblent valables, comme si les juges avaient besoin de lui donner tort sur toute la ligne pour justifier de leur décision; c'est l'effet "rouleau compresseur" judiciaire. On se dit que l'appelante a dû y mettre du sien pour en arriver là, notamment à l'audience, mais ça, on ne le saura pas; il ne nous reste que la décision écrite, à interpréter.

Elle avait interjeté appel contre une décision du juge de la mise en état qui, en raison d'une baisse des revenus de l'époux, passés de 6.500 à 4.000 € mensuels, avait ramené de 600 à 200 € le devoir de secours fixé par l'ordonnance de non-conciliation, et de 350 à 150 € par enfant les contributions à leur entretien et leur éducation, tout en rejetant la demande de père de cesser celle destinée à celui des quatre qui était majeur.

L'appel principal de son épouse avait peut-être poussé ce père à interjeter lui-même appel incident sur cette question, demandant à ce que cette contribution soit supprimée au motif que l'enfant en question, disposait "d'un bac pro cuisine, [s'abstenant] volontairement de travailler et [restant] oisif au domicile conjugal, en dépit du nombre non négligeable d'offres d'emploi dans le secteur de la restauration".

C'est à la fin des motifs de l'arrêt qu'on croit pouvoir comprendre ce qui, sur le fond et indépendamment de toute présentation malhabile par l'appelante, a dû pousser la Cour à juger ainsi : "en réglant mensuellement des emprunts pour un montant si important (3.460 €) au regard de ses revenus, et en devant assumer pour lui la charge d'un loyer de 505 € et les charges fixes habituelles, Monsieur Marc G. ne peut, avec des revenus de 4.000 €, contribuer à régler les contributions mises à sa charge par le magistrat conciliateur (800 € de devoir de secours + 354 € par enfant soit 1.416 € pour les quatre)".

Par ailleurs, la Cour avait salué l'attitude du père qui, titulaire d'un coup, suite à modification des pensions, d'une créance de 7.000 € contre son épouse, l'avait traitée en avance sur les prochaines pensions à échoir, au lieu de la faire exécuter par des saisies. Il passait ainsi pour un seigneur.

Du coup, la Cour repoussait tous les arguments de l'épouse, qui pourtant n'en manquait pas.

Le plus important était sans doute l'argument procédural, visant à dénier à la baisse de revenus du père un caractère nouveau par rapport à l'ordonnance de non-conciliation. En effet, celui-ci avait indiqué que "contre attente", une de ses deux sociétés, qui lui procurait un revenu de 2.500 €, avait été mise en liquidation judiciaire huit jours après l'ordonnance de non-conciliation; un peu gros pour son épouse, et on peut la comprendre, qui faisait observer que les difficultés n'étaient pas nouvelles, la cessation des paiements datant du 24 mars 2011. Mais, observe la Cour, l'activité n'avait jamais cessé, et la rémunération de Monsieur avait pu être maintenue jusqu'au bout, sans compter qu'il avait, lors de la fameuse audience du tribunal de commerce ayant abouti à la liquidation judiciaire, demandé jusqu'au bout à poursuivre l'activité.

L'épouse a dû en faire trop dans le registre "il me cache tout", puisque la Cour lui fait observer qu'elle était "très concernée par la vie des différentes sociétés ainsi qu'il résulte des renseignements par elle sollicités et des nombreux échanges de correspondance par elle produits aux débats"; ou encore, dans le registre "il majore ses charges", la Cour indiquant que l'augmentation subite des cotisation "correspond au paiement des charges sociales classiques, après trois ans d'exonération de charges en faveur de Monsieur G.,en sa qualité de créateur d'entreprise"; et aussi, dans le registre "il mélange les comptes", la Cour répondant que "les sociétés dans lesquelles Monsieur Marc G. a des mandats sociaux sont soit des SARL... soit une SAS..., de sorte que celui-ci n'ayant pas de sociétés de type unipersonnel... il n'y a pas de confusion possible entre ses comptes professionnels et ses comptes personnels"; de même, dans le registre "il est riche, la preuve, il voyage", la Cour répondant que "cette affirmation reposait sur la seule production d'un bulletin de vierge d'inscription jamais renseigné par son conjoint".

Des arguments classiques, tous balayés, pour confirmer la décision du juge de la mise en état.

Sauf sur un point, et c'est sans doute le plus dur pour l'appelante principale : la contribution pour l'enfant majeur, carrément supprimée, au motif "qu'il vit dans l'oisiveté la plus complète alors qu'il est âgé de bientôt 22 ans". Même si le père avait été le premier à employer le terme, il est dur, et la défait pour l'appelante... sans appel.

Echelle de ludique (1) à technique (5) : 3

Historique

  • De la "garde d'enfants" au temps du coronavirus
    Publié le : 30/03/2020 30 mars mars 03 2020
    Droit de la famille
    De la "garde d'enfants" au temps du coronavirus
    Sur ce plan là, on peut dire que le gouvernement n'aura pas trop traîné pour tarir la source de nombreux litiges potentiels... même s'ils se poseront quand même. Par décret n° 2020-293 du 23 mars 2020, ont été élevés au rang d'exceptions admises à l'interdiction des déplacements, ceux entrepri...
  • On ne peut pas toujours avoir le gîte et le jugement
    Publié le : 17/01/2020 17 janvier janv. 01 2020
    Droit de la famille
    On ne peut pas toujours avoir le gîte et le jugement
    Dans cette affaire, j'ai pu soulever avec succès la prescription de la demande adverse en remboursement d'une somme versée par elle à mon client il y a des années... et qui de toute façon, était causée par une contrepartie. Je pense que la partie adverse ne gardera pas un bon souvenir de cette...
  • Médiation, piège à con ?
    Publié le : 20/06/2019 20 juin juin 06 2019
    Droit de la famille
    Médiation, piège à con ?
    Quand déposer une simple requête en augmentation de pension alimentaire devant le Juge aux affaires familiales d'Evry devient plus compliqué qu'un divorce entier. Et d'un seul coup, je perds mon calme devant ce Juge, et "j'ose" lui parler d'un "déni de justice" (dans ma tête, je pensais à pire...
  • Du choix d'un régime matrimonial "insolite"
    Publié le : 12/12/2018 12 décembre déc. 12 2018
    Droit de la famille
    Du choix d'un régime matrimonial "insolite"
    Choisir la communauté quand on exerce une activité libérale, c'est un peu trop rock n roll, aux yeux des juges Je ne suis pas un spécialiste de la responsabilité civile des notaires; j'ai retenu cet arrêt surtout en ce qu'il apporte un éclairage intéressant sur les différents régimes matrimoni...
  • Chacun son tour !
    Publié le : 05/06/2018 05 juin juin 06 2018
    Droit de la famille
    Chacun son tour !
    Défendeurs, réjouissez vous : la France est votre paradis Je râle suffisamment à longueur de messages sur la faveur faite par la justice française au défendeur, pour ne pas en profiter à mon tour, pour une fois, et puis quoi encore ! D'habitude, même comme défendeur, je n'aime pas beaucoup...
  • Il est sale, bête et méchant… mais on s’y est fait.
    Publié le : 30/05/2018 30 mai mai 05 2018
    Droit de la famille
    Il est sale, bête et méchant… mais on s’y est fait.
    Traduction un peu imagée, voire complètement subjective, du bilan d’une année d’application de la loi du 18 novembre 2016 ayant créé le nouveau divorce par consentement mutuel. Pour être honnête, il n’y a pas de bilan officiel ; il y a juste un sondage effectué auprès des avocats, auquel envir...
  • Déranger les époux combien de fois pour un divorce par consentement mutuel
    Publié le : 10/01/2018 10 janvier janv. 01 2018
    Droit de la famille
    Déranger les époux combien de fois pour un divorce par consentement mutuel
    Dans les consentement mutuels avec bien immobilier, il apparaît opportun de grouper, en une seule fois, signature du partage, de la convention de divorce, et dépôt chez le notaire. Même en consentement mutuel, où a priori la situation est moins conflictuelle qu'en contentieux, les époux raffol...
  • Comment échouer à plates coutures en Cour d'appel
    Publié le : 01/11/2017 01 novembre nov. 11 2017
    Droit de la famille
    Comment échouer à plates coutures en Cour d'appel
    Elle pensait faire corriger à la hausse la contribution à l'entretien et l'éducation des quatre enfants, c'est au contraire une des contributions qui a été supprimée pour celui qui était majeur et "oisif" L'arrêt n'a rien à voir avec le rugby, je cherchais juste une image de déroute, un peu fa...
  • Aimer est-il un devoir du mariage ?
    Publié le : 30/01/2017 30 janvier janv. 01 2017
    Droit de la famille
    Aimer est-il un devoir du mariage ?
    La Cour d'appel de Paris manquerait-elle de romantisme, à force de voir défiler des dossiers de divorce ? Ou au contraire, dans une conception absolue de l'amour, considère-t-elle avec sagesse que celui-ci ne peut se réduire à un "devoir" ? Dans un arrêt du 17 novembre 2016 (pôle 3, ch. 3, n°...
<< < 1 2 3 4 5 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.