Boire ou acheter une Rolls, il faut choisir

Boire ou acheter une Rolls, il faut choisir

Publié le : 13/12/2017 13 décembre déc. 12 2017

Selon l'article L 234-12 du Code de la route, en cas de récidive de conduite en état alcoolique, la confiscation du véhicule est "obligatoire". Sauf si...

... sauf si la juridiction l'écarte, "par une décision spécialement motivée". Le mot "obligatoire" est donc trompeur - voire idiot. Il aurait fallu écrire "de principe"; dans le langage juridique, on oppose ça à "de plein droit", qui lui veut dire vraiment obligatoire (tel que l'annulation du permis de conduire en cas de récidive de conduite en état alcoolique, justement), et on ne connaît a priori que ces deux notions là. Nous les juristes, on aime le tranché : c'est obligatoire ou non. Semi-obligatoire, ça ne veut rien dire, sauf pour les poètes. Le législateur a dû vouloir envoyer un message, dans le genre : d'accord, c'est pas automatique en vrai, mais attention, ça l'est presque. Plus sûrement parce qu'il s'est livré à des calculs politiques pour contenter à la fois les automobilistes et les répressifs, que par poésie.

C'est peut-être la raison pour laquelle le Procureur, lorsqu'il m'a proposé cette peine (en complément par ailleurs d'une peine principale de notamment 4 mois SME), m'a dit "Maître, je n'ai pas le choix" ! Faisait-il confusion, ou faisait-il exprès ? Devant tant d'assurance, il fallait un vieux réflexe pour ne pas y croire, raison pour laquelle un avocat est utile même en CRPC, alors j'ai demandé une réfelxion de 5 mn, le temps qu'il fasse passer un autre dossier.

J'ai rapidement trouvé l'article en question sur mon téléphone et j'ai eu confirmation de mon pressentiment. J'ai donc dit à mon client : si, il a le choix. Ah bon, me dit-il, ça vaut peut-être le coup de discuter ça avec lui, alors, parce que je viens de l'acheter, et il m'a coûté 30.000 € (le véhicule, pas le procureur). Alors bon, ce n'est pas une Rolls (j'exagère un peu dans mon titre), mais ça va faire cher de la conduite en état alcoolique, même sous récidive.

Une fois revenu dans la salle, je dis donc au procureur : "votre peine principale (4 mois SME notamment) n'est pas de toute douceur, mais elle se comprend en récidive et vu le taux astronomique (2,48 g/l) de mon client. Aussi nous convient-elle. En revanche, la peine complémentaire de confiscation, elle, nous est trop douloureuse", et j'explique pourquoi. Aussi, synthétisé-je, "pour nous, c'est non si vous la maintenez (= on prend le "risque" de ne pas conclure la CRPC et donc d'aller à l'audience "classique" avec a priori une peine principale un peu plus sévère), oui si vous l'écartez. Car si, vous le pouvez" - et j'ai cité le texte.

Il a bien voulu convenir avec nous de ce que la valeur du véhicule rendait cette peine complémentaire particulièrement sévère (d'où la rédaction de l'ordonnance). Il m'a dit : d'accord, je vous prends au mot, je fais sauter ça, mais bonne chance pour l'audience d'homologation.

Car oui, celle-ci peut parfois poser problème ensuite (cf http://www.avocat-pouillot.com/blog/articles/du-risque-de-trop-bien-negocier-en-crpc-avec-le-procureur).

En attendant de passer en homologation, on a donc repris nos téléphones, et cette fois c'est mon client qui est allé chercher dans le sien la facture d'achat de la voiture, histoire de prouver au juge la réalité de cette valeur. Celui-ci a accepté d'homologuer.

On peut donc ne pas s'ennuyer et rester actif pendant les temps d'attente (pour passer devant le procureur puis le juge) en CRPC, avec les outils d'aujourd'hui.

Echelle de ludique (1) à technique (5) : 1

Historique

  • Ah bah c'est la faute à la technique, j'y peux rien
    Publié le : 11/05/2018 11 mai mai 05 2018
    Droit pénal
    Ah bah c'est la faute à la technique, j'y peux rien
    Trop facile pour les enquêteurs de se retrancher derrière la nullité de leurs ordinateurs pour éluder les droits du gardé à vue, répond opportunément la Cour de cassation, quand du moins la procédure parvient jusqu'à elle Parce qu'avant, combien de juge n'y auront rien vu à redire. Et combi...
  • Pendant la grève des avocats, les classements sans suite continuent
    Publié le : 11/04/2018 11 avril avr. 04 2018
    Droit pénal
    Pendant la grève des avocats, les classements sans suite continuent
    Comment assurer la défense d'un client en CRPC un jour de grève de la robe noire ? En parvenant à convaincre le Parquet de renoncer carrément aux poursuites, pardi ! Certes, c'est limite. Un puriste me dirait : camarade, tu n'aurais même pas dû aborder le fond de l'affaire. Mon client, qui tra...
  • Tiens toi sage à l'aéroport
    Publié le : 14/03/2018 14 mars mars 03 2018
    Droit pénal
    Tiens toi sage à l'aéroport
    Toujours vérifier le consentement du client à un plaider-coupable. Ne vous contentez pas d'un avocat qui va découvrir votre procédure la veille de l'audience, quand ce n'est pas le jour même, pour gratter 100 € de réduction d'amende en deux mots d'observations dans une CRPC (tout ça parce que...
  • Gérer techniquement un dossier bien sale
    Publié le : 14/02/2018 14 février févr. 02 2018
    Droit pénal
    Gérer techniquement un dossier bien sale
    L'infraction de détention d'image pédopornographique implique parfois un débat sur des paramètres informatiques Ce client m'aura décidément tout fait.  Impliqué dans une affaire de départ en Syrie pour aller y "approfondir sa pratique de l'Islam", capable de garder dans son ordinateur des d...
  • Boire ou acheter une Rolls, il faut choisir
    Publié le : 13/12/2017 13 décembre déc. 12 2017
    Droit pénal
    Boire ou acheter une Rolls, il faut choisir
    Selon l'article L 234-12 du Code de la route, en cas de récidive de conduite en état alcoolique, la confiscation du véhicule est "obligatoire". Sauf si... ... sauf si la juridiction l'écarte, "par une décision spécialement motivée". Le mot "obligatoire" est donc trompeur - voire idiot. Il aura...
  • Vous savez bien de quoi vous êtes coupable Monsieur...
    Publié le : 20/10/2017 20 octobre oct. 10 2017
    Droit pénal
    Vous savez bien de quoi vous êtes coupable Monsieur...
    Ce vieux préjugé imprègne tout le débat sur le degré de précision de la notification des faits reprochés au gardé à vue Je vais souvent au commissariat de Rosny sous Bois, pour des vols commis dans le centre commercial Rosny 2. Je m'y suis récemment agacé qu'une qualification de "recel de v...
  • De l'évaluation de la lucidité du gardé à vue lors de la notification de ses droits
    Publié le : 15/10/2017 15 octobre oct. 10 2017
    Droit pénal
    De l'évaluation de la lucidité du gardé à vue lors de la notification de ses droits
    La problématique n'est pas nouvelle, mais deux arrêts du 21 juin 2017 apportent une bonne illustration. Dans le premier (16-83599), c'est d'une notification tardive dont se plaignait le mis en cause. En effet, placé en garde à vue à 21h35 avec un taux de 0,75 mg, il voyait une première fois la...
  • Enfin un contrôle des motifs de recours à la garde à vue ?
    Publié le : 30/09/2017 30 septembre sept. 09 2017
    Droit pénal
    Enfin un contrôle des motifs de recours à la garde à vue ?
    Dans un arrêt du 7 juin 2017 (16-85788), faisant suite à quelques autres récents, la Cour de cassation fait comprendre au procureur que la garde à vue ne doit pas être un outil de gestion à la disposition de ce dernier. Lors de l'entretien en garde à vue, les clients me demandent invariablemen...
  • Quand on se heurte à la raison d'Etat
    Publié le : 15/04/2016 15 avril avr. 04 2016
    Droit pénal
    Quand on se heurte à la raison d'Etat
    Avocat pénaliste jusqu'au bout, jusqu'à une infraction qui sonne mal : association de malfaiteurs en vue de la préparation d'actes de terrorisme En fait, cette qualification impressionne le profane, pas les avocats ayant déjà eu à la traiter, et ils sont de plus en plus nombreux. Elle est e...
<< < 1 2 3 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.