De la "garde d'enfants" au temps du coronavirus

De la "garde d'enfants" au temps du coronavirus

Publié le : 30/03/2020 30 mars mars 03 2020

Sur ce plan là, on peut dire que le gouvernement n'aura pas trop traîné pour tarir la source de nombreux litiges potentiels... même s'ils se poseront quand même.

Par décret n° 2020-293 du 23 mars 2020, ont été élevés au rang d'exceptions admises à l'interdiction des déplacements, ceux entrepris "4° ... pour motif familial impérieux, pour l'assistance des personnes vulnérables et pour la garde d'enfants".

L'expression "garde d'enfants" est claire (même si elle ne correspond pas au terme normalement usité par la loi, qui est la "résidence" de l'enfant, mais on ne va pas finasser) : elle vise évidemment le "passage de bras" pour l'alternance ou les fins de semaine.

Celle de "motifs familiaux impérieux" vise, selon les indications complémentaires données (hors décret, afin de laisser à celui-ci la souplesse de termes évolutifs) par le gouvernement, des hypothèses telles que "blessure d’un proche, accompagnement d’une personne vulnérable ou non autonome, décès d’un membre de la famille proche".

Il faut néanmoins être accompagné de son attestation cochant la case 4, et d'un justificatif, consistant soit en un jugement, soit en un accord écrit. Précisons que le II de l'article 3 du décret ne précise pas la nature exacte du "document... permettant de justifier que le déplacement considéré entre dans le champ de l'une de ces exceptions", mais que c'est ici un conseil de ne pas se limiter à une attestation auto remplie pour ce cas de figure.

Que se passe-t-il si vous n'avez ni l'un, ni l'autre de ces justificatifs, parce que vous n'en avez jamais eu le besoin (si tout se passe bien entre les parents séparés, ce qui heureusement concerne pas mal de monde) ? Inutile de dire qu'en cette période d'activité judiciaire réduite au minimum , vous n'aurez sans doute pas votre jugement en temps voulu. Aussi est-ce plus que jamais l'heure de passer des accords, entre vous si c'est simple (attention quand même à la fausse simplicité piégeuse, ou aux formules qui laisseraient installer une habitude sur laquelle il serait difficile de revenir ensuite), avec un avocat (ils ont beaucoup de temps libre en ce moment...) si ça l'est moins.

Une fois posés ces principes, on ne peut passer sous silence des situations délicates qui se poseront inévitablement, et inciteront un parent, ou les deux, à suspendre le rythme normal des droits de visite et d'hébergement.

Ainsi, par exemple, quand un parent A possède un droit formalisé par jugement ou accord (enfin surtout par jugement), mais que la parent B ne veut pas lui laisser l'enfant, parce que le parent A est infecté, et/ou parce que le parent B fait partie des personnes vulnérables, etc.

(l'un des parents soit fragile et ne veuille laisser son enfant aller attraper le virus ailleurs, et/ou l'autre parent est infecté, etc)

Si c'est les deux, évidemment, c'est plus facile, et c'est ici de nouveau l'occasion de renvoyer à la possibilité de rédiger des accords, qui peuvent donc ne pas se borner à coucher par écrit, comme exposé ci-dessus, le "tour de garde" de chaque parent, mais aussi modifier un accord précédent, pour en suspendre totalement ou partiellement le cours.

Si c'est un seul des deux parents qui a cette intention, évidemment, ça se complique.

Et évidemment, les clients veulent savoir ce que décidera le juge, et évidemment, comme d'habitude, désolé pour l'absence de simplicité, mais ce sera du cas par cas, car la justice, ce n'est pas un formulaire administratif avec des cases, des feux rouges ou des feux verts, du blanc ou du noir (enfin vous avez compris l'idée).

Il y aura deux types de décisions judiciaires possibles. L'une en urgence pour l'immédiat, très difficile à obtenir. L'autre après coup, pour "sanctionner" les différents comportements observés pendant cette période.

En attendant que le juge statue, dans un article très clair publié sur Lexbase (La Lettre juridique n° 818), Anne-Lise Lonné-Clément pronostique que sur un plan pénal, la police poursuivra certainement moins sévèrement que d'habitude le parent qui, pour des raisons sanitaires avérées, fait obstacle à un droit de visite et d'hébergement.

Elle suggère aussi, dans un tel cas, d'une part de tout mettre en oeuvre pour maintenir des liens à distance avec l'autre parent, d'autre part de prévoir une compensation ultérieure.

Echelle de ludique (1) à technique (5) : 3

Historique

  • De la "garde d'enfants" au temps du coronavirus
    Publié le : 30/03/2020 30 mars mars 03 2020
    Droit de la famille
    De la "garde d'enfants" au temps du coronavirus
    Sur ce plan là, on peut dire que le gouvernement n'aura pas trop traîné pour tarir la source de nombreux litiges potentiels... même s'ils se poseront quand même. Par décret n° 2020-293 du 23 mars 2020, ont été élevés au rang d'exceptions admises à l'interdiction des déplacements, ceux entrepri...
  • 10 choses que j'avais envie de dire avant que le monde ne disparaisse
    Publié le : 24/03/2020 24 mars mars 03 2020
    Actualités
    10 choses que j'avais envie de dire avant que le monde ne disparaisse
    Les circonstances permettent parfois de dire les choses plus franchement... Puisqu'on va tous mourir, autant se défouler. Et si finalement on ne meurt pas (cf à ce sujet ma remarque 10), sait-on jamais, elles pourraient servir. A mes clients ou futurs clients : 1 - N'attendez aucune certitud...
  • On ne peut pas toujours avoir le gîte et le jugement
    Publié le : 17/01/2020 17 janvier janv. 01 2020
    Droit de la famille
    On ne peut pas toujours avoir le gîte et le jugement
    Dans cette affaire, j'ai pu soulever avec succès la prescription de la demande adverse en remboursement d'une somme versée par elle à mon client il y a des années... et qui de toute façon, était causée par une contrepartie. Je pense que la partie adverse ne gardera pas un bon souvenir de cette...
  • Médiation, piège à con ?
    Publié le : 20/06/2019 20 juin juin 06 2019
    Droit de la famille
    Médiation, piège à con ?
    Quand déposer une simple requête en augmentation de pension alimentaire devant le Juge aux affaires familiales d'Evry devient plus compliqué qu'un divorce entier. Et d'un seul coup, je perds mon calme devant ce Juge, et "j'ose" lui parler d'un "déni de justice" (dans ma tête, je pensais à pire...
  • Du choc culturel en assistance éducative
    Publié le : 10/04/2019 10 avril avr. 04 2019
    Autres contentieux / Assistance éducative
    Du choc culturel en assistance éducative
    Parfois, il faut juste un peu de temps pour que le tribunal se fasse au mode de vie de notre client. C'est vrai que ma cliente parle fort. Une tornade zaïroise, le verbe haut, à se fâcher rapidement avec tous ceux qui ont le malheur de la contrarier. Mais ce n'est qu'une façon de s'exprimer, e...
  • Un prénom pas très chrétien
    Publié le : 03/03/2019 03 mars mars 03 2019
    Autres contentieux / État civil
    Un prénom pas très chrétien
    Pas facile de faire accepter par le Service central d'état civil le changement dans l'ordre des prénoms et des noms d'une cliente zaïroise. Dans le cadre de sa politique de "zaïrianisation", Mobutu a pris toute une série de mesures très concrètes sur le plan économique et politique, mais aussi...
  • Du choix d'un régime matrimonial "insolite"
    Publié le : 12/12/2018 12 décembre déc. 12 2018
    Droit de la famille
    Du choix d'un régime matrimonial "insolite"
    Choisir la communauté quand on exerce une activité libérale, c'est un peu trop rock n roll, aux yeux des juges Je ne suis pas un spécialiste de la responsabilité civile des notaires; j'ai retenu cet arrêt surtout en ce qu'il apporte un éclairage intéressant sur les différents régimes matrimoni...
  • Chacun son tour !
    Publié le : 05/06/2018 05 juin juin 06 2018
    Droit de la famille
    Chacun son tour !
    Défendeurs, réjouissez vous : la France est votre paradis Je râle suffisamment à longueur de messages sur la faveur faite par la justice française au défendeur, pour ne pas en profiter à mon tour, pour une fois, et puis quoi encore ! D'habitude, même comme défendeur, je n'aime pas beaucoup...
  • Il est sale, bête et méchant… mais on s’y est fait.
    Publié le : 30/05/2018 30 mai mai 05 2018
    Droit de la famille
    Il est sale, bête et méchant… mais on s’y est fait.
    Traduction un peu imagée, voire complètement subjective, du bilan d’une année d’application de la loi du 18 novembre 2016 ayant créé le nouveau divorce par consentement mutuel. Pour être honnête, il n’y a pas de bilan officiel ; il y a juste un sondage effectué auprès des avocats, auquel envir...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.